Je suis infirmière

Je suis infirmière, à l’époque de ma première grossesse, j’ai caché l’annonce car je savais ma supérieure hiérarchique très fermée sur la question, étant sur hormonée, je n’étais pas prête à entendre des propos malveillants. Ce qui me chagrine, ce sont les comparaisons car elles stigmatisent encore plus la situation. Il n’y a pas homme contre femme et femme contre homme car pour tout résultat on reste planté dans ce système patriarcal où hommes et femmes sont empêtrés. Je suis infirmière et contrairement aux hommes je n’ai pas accès à autant de mobilité professionnelle, comme vous le dites si bien, il y a plus de femmes que d’hommes dans la profession et ces derniers sont d’autant plus demandés.
La direction de l’hôpital est masculine et exclusivement masculine depuis des années. Nos cadres sont autant de femmes que d’hommes et cumulent autant de manquement relationnels et de sens humain de base les uns que les autres. on insultera plus aisément une femme et on trouvera plus facilement des excuses aux incompétences d’un homme, je confirme. Au niveau syndical on trouve autant de femmes que d’hommes, y compris aux premières lignes. Ce sexisme est aussi dévalorisant pour les hommes que pour les femmes mais il a sa place dans notre société actuelle qui aime creuser des fossés et faire des différences, intensifier les intolérances. Faire en sorte qu’on s’attarde sur des problèmes annexes mais générateurs de passion plutôt que de s’occuper des plaies béantes et malodorantes qui jalonnent notre quotidien. Créer des suspicions des jalousies et beaucoup de bêtises plutôt que de se pencher ce qu’il y a à penser et à panser. Je vomis ce système.

Laisser un commentaire