J’étais archéologue avant.

Votre collectif ça me rappelle des souvenir d’il y a deux ans. J’étais archéologue avant. La boîte, privée, appartenait à une holding financière. Après avoir bien fait son beurre sur le dos des salariés, horaires à rallonge, surcharge de travail pendant 5 ans, les comptes ont été magouillés pour faire fermer la boîte. A ce moment là, plus de la moitié des salariés était en arrêt pour burn out, dépression… On s’est battus, on a fait tout ce qu’on a pu mais à la fin on voulait juste que ça s’arrête.

Moi même j’ai fait un burn out. Harcèlement. Un max de monde devait dégager avant le licenciement éco qui était planifié, et surtout les DP. Dépression. Répercutions dans mon couple. Heureusement il a tenu.

Nous étions 3 déléguées du personnel. J’ai vu des collègues s’écrouler, me tomber dans les bras en pleurant, se retrouver à genoux, en état de choc. J’ai vu une collègue faire un malaise, avoir des spasmes, nous avons du appeler les ambulanciers de la boîte d’en face et j’ai vu une membre de la direction l’enjamber, limite lui marcher dessus, sans un arrêt, sans un mot, sans un regard, alors qu’elle était sur une civière, sous une couverture de survie, pour aller chercher un dossier. Et encore je ne dis pas le 100e de ce qu’on a subi dans cette boucherie.

Et quand la boîte obtient une audience au tribunal pour que le licenciement soit acté, en dissimulant le courrier de convocation aux DP, qu’on apprend la date la veille, qu’on se pointe, que le licenciement est prononcé, que la direction n’a pas prévenu des collègues qui sont sur un chantier de fouilles en région parisienne. Quand on doit appeler nous mêmes les collègues pour leur dire de tout arrêter, là, tout de suite, maintenant parce qu’ils pourront se faire emmerder pour occupation illégale de terrain, parce que le licenciement vient d’être prononcé. Dire à des gens qui se sont pointés au boulot, à des passionnés, des gens qui s’investissent à mort, dire à mes collègues archéos qui tiennent encore leur truelle à la main, qui sont en train de faire leurs relevés scientifiques, qu’ils doivent lâcher leurs outils, sur le champ, qu’ils doivent tout stopper et rentrer chez eux, point. Entendre leurs pleurs. Voir des vies détruites.

Laisser un commentaire