7ans que j’accumule les refus pour les stages

Aujourd’hui, encore un refus… encore un refus pour un stage. Sans raison apparente. Et cela va faire… 7ans que j’accumule les refus pour les stages.

Tout commence en 2nde, je décide que « guide » en tourisme, ça doit être vraiment bien comme travail. Alors je m’engage dans cette voix. Une amie de l’époque me dit qu’elle sait qu’une formation est ouverte pas très loin, dans une ville au patrimoine historique médiéval assez connue (77, Provins). Je postule, je suis prise. Je suis même une formation pour trouver une alternance puisque le BTS d’Animation et Gestion du Patrimoine (AGTL) nécessite une alternance. Je cherche… d’Avril 2009 à Avril 2010… sans succès, je dois quitter la formation avec pourtant des notes plus qu’honorables.

Je me réoriente alors vers une licence d’Histoire. A l’époque elle pouvait déboucher sur les 4 concours de guide (régional, national, conférencier, interprète). Je me lance alors. Je déménage, j’ai mon premier appartement. J’ai de la chance, mes parents paient l’appartement et mes courses pour la grande majorité. Je commence mes études, ça n’est pas vraiment ce que j’aurais pensé… mais je continue, c’est sympa, je me fais des amis et la ville me plaît assez. Vers la fin de ma 2eme année je me renseigne pour intégrer les concours à la fin de l’année suivante. J’apprends alors que ces concours n’existent plus. Ils ont tout simplement été supprimés et non remplacés. Désormais pour être guide ne restent que le BTS et la licence professionnelle… qui ne se fait pas dans ma ville.

Très bien… je fini quand même ma licence, en 4ans puisque j’ai passé un an à travailler pour une chaîne de restauration rapide afin d’avoir un peu d’argent… et une sciatique.

Je m’inscrit au nouveau BTS tourisme après un entretien lors duquel j’explique mon projet. On me dit que tout va bien. Je déménage encore une fois, m’installe avec un de mes frères et commence la rentrée scolaire toute heureuse. Je n’y suis restée que trois jours. Durant ces trois jours j’ai écouté tous les professeurs me dire la façon dont ils allaient nous former à « vendre du rêve » parce que oui… au final cette formation qu’on m’avait promise comme débouchant sur guide conférencier… ne débouche pas sur guide conférencier. A savoir, au BTS AGTL était « lié » un autre BTS Vente et Production Touristique, qui débouche sur tour opérateur, travail en office, agences,… Et le CTS tourisme a « mélangé les deux équitablement » selon le directeur. Comprenez : 1an de « tronc commun » exclusivement vente, et ensuite seulement une orientation possible en animation qui ne débouche sur aucun diplôme officiel qui permette de faire du guidage. Fort bien… je quitte la formation au bout de trois jours.

Et je reste là… à ne rien faire dans mon appartement. Je tombe dans une phase de déprime. Je ne bouge pas, je ne mange presque pas, je ne fais que rester sur mon ordinateur et dormir.
Puis je trouve, quand même, un petit travail de guide ! Ô joie. Je suis vacataire et peux expérimenter le travail. Que j’apprécie vraiment, je me donne à fond et tout fonctionne très très bien.
Je reprend espoir, et je trouve une nouvelle formation via le CNAM. Encore mieux ! Je suis prise pour Juillet/Aout dans un château en Alsace pour faire des visites ! Excellent.Je fais tout cela, je redéménage, trouve une colocation rapidement et commence mon année. Je passerai sur le harcèlement scolaire de la part d’autres élèves de la formation considérant que si je e sors pas fumer c’est que je suis asociale et ne veux pas les voir. Ce que je vis très mal. Mais je m’accroche. Je cherche un stage, puisque la formation n’est validable qu’après 12 semaines de stage. Je ne trouverai jamais de stage et je refuse de payer 5.000€ pour continuer et peut-être ne pas valider ma formation. Et de toute façon la valider sans pouvoir prétendre avoir expérimenté la théorie sur le terrain. Je retourne au château, pour 5 mois cette fois. Et je cherche à entrer en licence professionnelle guide conférencier. La seule et dernière façon d’obtenir ma carte.

La loi Macron passe pendant l’été, on est tous atterrés de savoir que maintenant pourront être guides toutes les personnes le souhaitant et se réclamant d’un diplôme d’études supérieurs. Quid de la formation spécifique à l’histoire ? Aux arts ? A l’histoire de l’Art ? A la façon de mener une visite pour différents publics ? Aux orties.

Je postule à la fac de x. On ne me fera pas passer d’entretien, on me dira juste que je ne parle pas assez bien les langues pour entrer dans la formation. Ils réclament d’être trilingue (niveau C1 dans deux langues étrangères). Je mène pourtant des visites en français, anglais et allemand… avec des visiteurs contents et ayant compris ma visite, me félicitant quelques fois, me remerciant de faire ces visites dans leur langue.

Je tombe d’assez haut… je me dis que lors de mon premier BTS j’avais à peine 18ans, pas de diplômes que le bac, pas de permis, pas d’expérience…Maintenant que j’ai tout ça et 25ans… rien n’a changé.

Je m’accroche… encore. Je postule dans toutes les universités proposant la licence guide conférencier, même à l’autre bout du pays. Je passe un entretien à Paris, suis reçue. Le rêve est à portée de main. J’envoie une demande de stage aux 109 musées que compte la ville de Paris. Jusqu’ici j’ai décroché 2 entretiens… j’ai été refusée aux deux sans réelle explication que : on a orienté notre choix sur quelqu’un d’autre. Je dois aussi trouver un appartement… la belle affaire. Trouver un appartement quand on ne reçois que des allocations chômage (800€ et ça n’est de loin pas assez pour vivre là bas décemment).

Mes cours commencent dans moins d’un mois et je commence à désespérer de nouveau. Je n’ai aucune envie que l’histoire se répète…encore. Déménagement, début de formation, pas d’employeur, fin de formation anticipée sans diplôme. Pendant tout ce temps à côté je n’ai pas de vie. Rencontres impossibles, pas de « chez moi », pas de vie prise en main. Je suis soutenue par ma famille… qui ne peut pas m’aider. On se sent très vite comme un poids pour ceux qui nous aident.

On n’arrête pas de nous dire que la France est le premier pays touristique au monde. Très bien, faites en sorte qu’il le reste et formez vos professionnels du tourisme. On nous dit qu’il faut mettre en avant les formations en apprentissage. Très bien mais faites le aussi pour les secteurs culturels.

J’espère trouver. J’en ai assez de ne pas réussir à finir mes études. Il me suffit d’un an que je passerai sans problème. Et après je pourrais avoir une vie. Parce que pour le moment, je survis seulement. 26Ans au crochet de mes parents. »

4 thoughts on “7ans que j’accumule les refus pour les stages

  1. Salut, je ne connais pas très bien ton domaine de prédilection mais as-tu pensé à contacter des associations de Guides-Conférenciers ? En effet, si tu as l’occasion d’échanger directement avec les professionnels de cette profession, ils pourront certainement d’aider et t’orienter correctement dans tes démarches et te « booster ». As-tu également pensé à postuler dans d’autres monuments que les musées comme les Cathédrales, les opéras, les châteaux, les domaines, les abbayes, les monastères ou encore les sites archéologiques.
    J’espère que tu trouveras bien vite ton bonheur et te souhaite bon courage !

    1. Salut, merci pour ton commentaire ^^
      Oui j’ai essayé de voir avec d’autres endroits que les musées et les associations de guides. Pour les associations ce sont des indépendants, donc souvent sans vraiment de ressources, c’est un cercle très fermé ^^’
      Quant aux autres endroits c’est… un peu pareil que les musées, pas de subvention, pas de temps, trop de demande.
      Mais j’ai trois propositions concrètes aujourd’hui. deux entretiens en vue et déjà un de passé. Les choses se décantent un peu.

  2. Salut salut ! Je suis de tout cœur avec toi !Le milieu du tourisme est difficile et implacable…
    Mon compagnon a passé son BTS tourisme juste avant la refonte du cursus, 2 ans de BTS + la formation de guide conf, il est donc titulaire de la carte de Guide Conférencier. Mais malgré la carte, les nombreux stages et la maîtrise de trois langues ( français bien sur mais aussi anglais et espagnol ) pas moyen de trouver un poste. Le voilà donc (comme une grosse partie de sa promo) guide conférencier auto entrepreneur…. Mais bon, niveau statut légal, aucun n’est adapté à la condition de guide, et se faire une petite place dans le milieu du tourisme en partant de pas grand chose n’est pas aisé.
    Cependant c’est sûrement un des plus beaux métiers au monde, dur mais beau. Nous ne pouvons pas vivre de cette activité, mais nous sommes heureux dès que nous avons groupe, on en profite, on s’amuse, et ça n’a pas de prix !
    On te souhaite d’y parvenir et de t’y épanouir ! Bon courage !!

  3. Bonjour,

    Ton témoignage me parle beaucoup. J’ai passé mon BTS tourisme par le CNED. J’avais passé un entretien à Provins pour ma seconde année. Le règlement trop strict m’a fait faire demi-tour. J’ai obtenu mon BTS AGTL en 2010 et je n’ai jamais trouvé d’emploi malgré cela. Enfin, si le parc à la souris aux grandes oreilles m’a fait une offre mais j’avais déjà donné et seulement avec un bac donc mon BTS n’était pas valorisé…
    J’ai continué avec une formation dans la production spectacle (encore un bac+2). J’ai fait 1 an et demi de stage sans rien avoir au bout. 517€/mois à Paris.

    Tout ça pour confirmer que le domaine touristique n’est pas celui auquel je m’attendais non plus. Mais courage, la roue tourne et parfois le hasard fait bien les choses.

    Maintenant je suis assistante chantier dans une agence d’archi en Bretagne. Rien à voir mais intéressant. Finalement ce BTS qui vendait du rêve ne m’a pas aidé…

Laisser un commentaire