Je travaillais dans le sous-titrage

Bonjour, moi, j’ai bien une ou deux histoires à raconter. je travaillais dans le sous-titrage, sous forme de piges, mais sans fiche de paie : on adresse les factures et on est payé deux mois plus tard… sans garantie d’avoir de nouvelles missions, bien sûr, ni droits sociaux (de fait, j’ai été malade pendant 4 mois et les auteurs ne sont indemnisés qu’à partir d’un certain revenu). Mrci le boulot trouvé grâce au pôle emploi. Mon histoire est celle-ci : un jour, gouvernement ou partenaires sociaux ont décidé de changer le taux de cotisation. Nos cotisations, car, évidemment, l’employeur ne paye rien (et je passe sur la récupération des droits) passent de 8,5% à « auto-entrepreneur (23%) ou travailleur indépendant (XX%). Donc une baisse de revenus. « Vous augmentez vos tarifs ? », ai-je demandé. « Non, on ne peut pas, tu comprends, délocalisation de la concurrence… Mais j’ai une bonne nouvelle : comme tout le monde ne suivra pas, on pourra te donner plus de boulot ». Bon, j’en avais suffisamment, déjà, mais là, c’était travailler plus pour gagner moins, j’ai dit stop. Je valais mieux que cela.

Laisser un commentaire