Ça fait 7 ans que tu n’as pas de boulot, et qu’on t’a toujours traité comme une merde

« L’or pur durcit les cœurs les plus tendres »

Il arrive un moment où tu fini par faire le point dans ta vie …

Et tu finis par vomir par écrit tes sentiments.

Ça fait 7 ans que tu n’as pas de boulot, et qu’on t’a toujours traité comme une merde, un punchingball, un moins que rien, un chiffre, une statistique, un dossier noyé dans la masse… (rajoutez la mention si besoin… mais ne vous forcez pas :p )

Au fur et à mesure du temps, tu te renfermes sur toi, tu ne vois plus personne, et tu fini par ne plus faire confiance à aucune institution. La CAF te chasse, te laisse sur le carreau et en profite pour te demander de rembourser une somme astronomique. Le pole emploi te relance en permanence pour bien te rappeler que tu n’es qu’un parasite, et les médias reprennent en cœur cette horrible chanson dans laquelle tu pourrais presque entendre « sale merde » à la place de « chômeur/demandeur d’emploi ».

La dépression, les appels à l’aide, les crises, les pleures qui finissent par ne plus sortir, les idées noires, et les tentatives de suicide ce succèdent.

Et tu auras beau faire « les efforts » que « tu DOIS à la société »… on te ramènera toujours à ta place de déchet… Ton entourage, qui au départ te soutenait, finit par ne plus y croire non plus, tout le monde trouve ça normal après tout.

Et que somme nous, si non une histoire de plus dans un fait divers…

J’aime à me raccrocher aux petits espoirs que la vie me laisse, des fois … comme vous en somme.

Ma vie se résume aujourd’hui à me demander si je suis utile aux yeux de la poignée de personnes qui me côtoie encore, tout en essayant de m’en convaincre à travers la seule chose que je crois savoir faire, c’est-à-dire la réparation et la maintenance informatique.

Je sors en moyenne entre deux à trois fois par mois. Les gens en général, ont fini par me faire peur, je vis telle une sangsue au crochet de ma compagne, je n’ai plus le droit à aucune aide, reclus entre quatre murs, mon existence pourrait se comparer littéralement à celle d’un poisson rouge.

La façon dont l’humain vit aujourd’hui ne me convient vraiment pas, consommer pour consommer, en vouloir toujours plus que le voisin, ne jamais être satisfait de ce que l’on à, avoir sens cesse des rapports de forces, voir toujours les même profiter du système et en accusé ceux qui paye pour leurs méfaits… Le monde comme une pompe a frics, draine nos vies pour le profit de quelques personnes avides.

Ainsi, glissons-nous doucement dans la folie, en haïssant le monde… et vomissions notre peine !

Et le mieux dans tout ça, c’est que c’est légal, encourager et financé. Mettre des gardiens de la paix entre eux et nous ne les déranges pas, ça permet de détourner, voir faire taire les revendications, et aucun pays dit démocratique ne viens dire quoi que ce soit.

Faire taire le grondement du peuple en usant de la force… de la répression comme ils disent ! C’est ça la démocratie ? s’accaparé toutes les richesses, magouiller et manipuler l’opinion publique pour garder le trône… Une drôle de politique et à l’œuvre et elle est sensé nous guider vers un avenir meilleur ?

Ils jouent avec nous, selon leurs règles, règle qu’ils peuvent modifier à volonté, contrôle la masse par le biais des médias avec lesquels ils ont appris à vivre en osmose pour déclencher les réactions qu’ils veulent, quand ils le souhaitent, créant des polémiques qui leurs permettra de faire passer en douce toutes leurs malfaisantes et assassines loi ! Tout ça pour ramasser telle les pourritures qu’ils sont, cet argent qui a contaminé le monde de leurs idées odieuses.

Je vide mon sac et je crache à la gueule de ces être bienpensant, qui nous juge du haut de leurs montagnes de pognon ! Nous ne sommes peut-être que de la merde, mais chaque jour, quand vous nous marchez dessus, une grande partie de la population n’oublient pas que notre monde tourne, par-ce-que nous le voulons bien et que la peur que vous avez enchainé dans nos entrailles a du mal à céder ! Mais un jour viendras, je l’espère, ou cette peur n’enchaineras plus que les idées malfaisantes qui habitent vos cerveaux malades.

Merci à vous qui faite plus, que se que je n’aurais espéré

de la part des institutions .

4 thoughts on “Ça fait 7 ans que tu n’as pas de boulot, et qu’on t’a toujours traité comme une merde

Laisser un commentaire