Je suis actuellement en formation d’ingénieur

Je suis actuellement en formation d’ingénieur en apprentissage dans une « grande école » et lorsque j’étais encore en DUT et que j’emménageais tout juste en appartement j’ai travailler dans un centre de loisirs ufcv pendant deux mois pour payer mes premiers loyer. Mon contrat était un CEE : Contrat à Engagement Éducatif, c’est sûr que travailler 10h/jour payer 2€/h avec une pause d’1/2h le midi à s’occuper d’un groupe d’enfant plus ou moins calme, ça c’est un sacré ENGAGEMENT ! Bah oui parce que c’est bien connu les animateurs dans les centres de vacances, ils ne travaillent, ils ne font que jouer toutes la journées ! (on notera l’ironie de mes propos ^_^.

Aller je continue, parce que c’est pas comme si ça s’arrêtait à un job d’été. Le reste de l’année mes parents m’ont aidé et avec les bourses et j’ai pu payer mon loyer. J’ai fini mon DUT et j’ai décidé de continuer mes études par la voie de l’apprentissage dans « une grande école d’ingénieur », me permettant ainsi de ne plus être un poids pour mes parents et d’avoir un salaire suffisant pour me subvenir. J’ai été embauché en 2014 par une petite entreprise de 30 employés. Tout ce passait bien jusqu’à ce que l’entreprise ai des difficulté cet été, en août (période où j’étais en entreprise) les salaires de juillet n’ont pas été payés en début de mois mais début septembre soit un mois de retard.

La fin de la période entreprise touchant à sa fin, je suis retourner à l’école en espérant que le salaire d’août ne serait pas en retard. Hélas ce n’était que le début des emmerdes. Qui dit écoles, dit comptes-rendu à rendre, projets et surtout partielles à la fin de la périodes et donc stress. Alors passer trois mois à bosser comme un fou tout regardant ces comptes ce vider jusqu’à épuisement du peu de réserves faites, ça rend nerveux, tendu voir même dépressif. Et bizarrement dès que j’étais proche de la limite du découvert autorisé, l’entreprise se décidait enfin à payer les salaires. Ce qui fait que le salaire d’août a été payé début octobre et le mois de septembre début novembre, soit à chaque fois un mois de décalage.

Pendant ce temps là, les patrons nous envoyaient des mails promettant un règlement de la situation dans les jours à venir, nous faisant miroiter une grosse commande sur le point d’être encaissé. La grogne commençait aussi à monter au sein de l’entreprise et lorsque je suis revenu en entreprise l’ambiance était vraiment tendu. Il y avait deux « camps » d’employés, ceux qui y croyaient encore et qui pensaient que la situation allait se rétablir et ceux qui n’y croyaient plus, qui étaient démotivé de venir au boulot et qui du coup passait plus de temps devant la machine à café que devant leur PC. Super le retour quoi.

Heureusement on m’avait confier un super projet de R&D qui franchement me donnait espoir, parce que j’étais certes pas payé, mais au moins j’avais une raison d’être motivé. Imaginez ma tête quand 2 semaines plus tard on m’a annoncer que le projet a été annulé parce qu’un projet R&D ça rapporte pas sur le court terme. J’ai passé les 2mois de la période à venir au taf sans rien à faire pour m’occuper, juste chercher un taf à une période ou les recruteurs ne prenne pas d’apprenti et à me renseigner sur mes droits en parallèle. J’ai juste perdu 2mois de ma vie et de ma formation, c’était long…

Pendant cette période plusieurs chose ce sont passé, fin novembre l’entreprise à enfin été placé en redressement judiciaire, ce qui a enclenché la prise en charge des salaires d’octobre et de décembre par les AGS.
Un évènement plutôt choquant est d’ailleurs arrivé pendant cette période. Le redressement ayant été prononcé, mais la situation niveau avenir n’étant pas vraiment claire, un groupe de mes collègues est partie un midi voir une avocate de façon à se renseigner sur leur droit. La personne à l’accueil, ami des patrons à attendu leur retour pour aller demander à une de mes collègue où ils s’étaient rendu, paniquer elle lui a répondu qu’ils avaient été au tribunal de commerce. Bref, le lendemain le patron arrive à l’entreprise, (ayant sûrement eu échos des évènements de la veille) va dans la salle de pause où plusieurs personnes étaient réuni, il demande à l’une d’entre elle de venir et se tourne vers les autres en leur disant : « Je ne vous dit pas bonjour, parce que de toute façon je vous emmerdes ! » et celui-ci repars. Un peu plus tard un de mes collègues arrive en retard vers 10h30 (il y avait toujours un mois de salaire de retard) et le patron l’attendait devant la porte pour l’engueuler bien comme il faut, j’ai vraiment cru qu’ils allaient en venir aux mains…

Suite à cette épisode, le deuxième patron nous a tous réuni quelques jours plus tard et nous à fait tout un discours, comme quoi lui avait des valeurs et que le comportement de certaines personnes « nous ramenais à des heures sombres de notre histoire ! » (et un point Godwin, un !!) et que dans ces conditions il ne viendrait plus dire bonjour a personne, de façon à montrer son dégoût. Je me demande bien quelles genres de valeurs peuvent mener à un discours pareil…

Bref, peu de temps après une procédure express de licenciement économique est lancé, 9 postes à supprimer, 10 volontaires. Ils savaient très bien que 10 voulaient se barrer, mais à partir de 10 ça devient trop long, résultat mon maître d’apprentissage n’a pas pu partir. ça paraît sûrement hallucinant, mais mes collègues était content de partir. Tu m’étonnes, fini cette ambiance de merde et de bosser pour des patrons comme ça.

En janvier mes collègues ont été payé à hauteur de 35% de leur salaires, mais pas moi. Bah ouais, les patrons se sont quand même rendu compte que 35% sur le salaires d’un apprenti, ça faisait vraiment pas beaucoup… Du coup paradoxalement j’ai touché plus que mon maître d’apprentissage… Bon ils ont fini, par payé ce qui manquait, 1 jour avant de passer devant le tribunal de commerce, bizarre, bizarre…

Le jour du passage devant tribunal de commerce, ce dernier a décidé, au vu du bilan financier présenter, que le redressement judiciaire pouvait continue, car l’entreprise a « montré » qu’elle était capable de payer les charges engendré après que la dette ai été gelée et notamment les salaires. Hors en février, mes collègues ont encore été payé à hauteur de 35% et viennent d’avoir le reste juste aujourd’hui…

bref je reprends :

j’essaye toujours de partir parce que je ne suis pas sûr de pouvoir continuer ma formation dans cette structure même si elle est racheté.

Et encore moi j’ai de la chance, d’après les stats, le diplôme que j’obtiendrai me permettra de trouver du boulot. Ce qui me fait penser aux mineurs apprentis, ceux qui sont en bac pro, formation que j’ai failli faire d’ailleurs (Bac pro électricité du bâtiment), que je n’ai pas fait grâce à un prof qui m’a poussé à aller plus loin. Grâce à lui j’ai sûrement évité bien des années de galères, parce que franchement électricien du bâtiment, bah l’hiver tu caille sévère, et encore s’il n’y avait que ça… et en bac pro faut pas rêver ya pas énormément de débouchés. Alors quand je pense que des mineurs en bac pro vont peut-être passé 10h par jour 40h par semaine à faire un boulot comme ça, ça me révolte.

Voilà, je pense que j’ai fini mon témoignage, désolé pour ce pavé, ça avait besoin de sortir. En espérant ne pas avoir été trop précis pour ne pas être identifier. Mais bon, ça vaut la peine d’être raconté parce que #OnVautMieuxQueCa

 

Laisser un commentaire