Je suis infographiste

Je suis infographiste, statut technicienne, 37h et demie par semaine sur mon contrat, payée sur 12 mois, pas de 13è mois, de prime, de RTT ou autre avantage (petite boite, pas de CE).
J’ai 5 ans d’ancienneté, et je suis la seule infographiste de la société. Mon entreprise monte en puissance chaque année et chaque année on me demande de faire plus sans ressources supplémentaires.
Mes horaires : 9h-18h, une heure et demie pour manger le midi. A moi de m’organiser pour faire tenir « mes tâches » dans ces horaires.

La vérité, c’est que le matin j’arrive plus tôt pour rattraper le retard de la veille, que le midi, je ne prends jamais ma pause en entière (quand j’arrive à en prendre une), que le soir, je ne quitte jamais à 18h. Ces « extras » ne sont pas rémunérés (après tout, « personne ne m’y oblige »), et on a fini par me donner une clé pour que je ferme en partant, les soirs où je reste vraiment tard, et que tout le monde est déjà parti. Mais je ne suis pas la seule dans l’entreprise à qui ça arrive, alors c’est « normal ».
Quand je demande une priorisation de mes tâches, on me répond « il faut le faire, c’est tout ».
Quand mon chef a appris que je voulais quitter l’entreprise, il m’a demandé de rester, et m’a avoué qu’ « il faudrait deux personnes pour te remplacer, tu comprends, tu travailles vite et tu es organisée ». Deux personnes à former à nos procédures… une perte de temps pour lui qui fait encore plus d’heure supplémentaires (gratuites) que moi…

Au bout de 5 ans de ce régime, j’ai fini par le payer physiquement. Il y’a quelques mois, gros coup de fatigue, anémie, insomnies, le corps suivait plus. J’ai fini par aller voir le médecin (sur mes heures de travail, c’est que ça allait vraiment mal) qui m’a arrêté 3 jours. Sur le coup, je ne voulais pas de cet arrêt, je « n’avais pas le temps ». Je me suis fait engueulée par mon médecin traitant (que je remercie aujourd’hui) qui me l’a imposé. Je suis rentré chez moi et j’ai dormi, pendant 3 jours. Une fois la pression relâchée, je ne tenais littéralement plus debout, j’ai passé 3 jours dans mon lit.
Quand j’ai repris mon poste, une collègue est venu me demander ce qu’il s’était passé : elle avait « entendu » que j’avais pété un plomb et que j’étais parti « réclamer » un arrêt à mon médecin, parce que j’en avais marre et que je n’avais plus envie de bosser… par convenance, quoi.

C’était la première fois de ma vie que je me suis retrouvée en arrêt de travail, la première fois de ma vie que je passais 3 jours dans mon lit, épuisée par mon travail… mais ma direction et mes collègues me l’ont reproché et ont pensé que c’était un caprice… »

One thought on “Je suis infographiste

  1. Actuellement en recherche d’emploi je préfère rester anonyme, mais je suis obligée de l’ouvrir…
    Je fais le même métier aussi, infographiste, après 3 ans de contrats précaires (foutage de gueule ou salariat déguisé appelez ça comme vous voulez), je galère à trouver un vrai contrat, il y a du boulot mais on ne me propose que des stages, « on est une petite entreprise on a pas les moyens… », moi j’ai pas les moyens de travailler gratuit j’ai un loyer à payer, j’ai un conjoint et on doit se loger,payer l’EDF et manger….

Laisser un commentaire