6276688407_12900948a2_z

Vivre tous les jours en ayant honte

Après mon bts en communication visuelle en 2003 une cinquantaine d’entretiens mais impossible de trouver un travail dans mon secteur car pas d’expérience .
Mais si personne ne veut me donner ma chance.
Je n’avais pas d’argent pour continuer un master, alors j’ai été obligée de vivre de petits boulots : cdd en vente,contrats de streetmarketing, cdi de 2heures pour distribuer des journaux gratuits.

L’atmosphère était horrible une responsable qui donnait une consigne comme quoi on pouvait partir si on avait fini de tout distribuer et qui se contredit en nous engueulant de ne pas être resté les 2 heures alors qu’il n’y avait plus rien à distribuer. Des réprimandes tous les jours, pas le droit d’être malade, être sans arrêt surveillé, elle croit qu’on jette les journaux au lieu de les donner pour finir plus vite.

Rester dans le froid à se faire insulter et ou harceler par les passants, supporter les mauvaises odeurs des alentours du metro.
Il y avait quelques personnes sympathiques qui nous disait bon courage ou nous apportait des chocolats mais c’était bien peu comparé à tous les inconvénients.
Être obligé de travailler sous la pluie, neige, j’ai tenu 1 an ensuite j’ai fait un abandon de poste car j’étais en dépression et souffrais d’anxiété généralisée.

Par la suite j’ai fait une formation de chargée d’accueil. Une centaine d’entretiens pour ne trouver que des missions d’interim (1 jour, 1 semaine, 1 mois) mais rien de concluant non plus. Un dossier pole emploi long comme mon bras, des ateliers qui ne mènent à rien.
Un contrat aidé qu’une entreprise d’insertion a refusé de me signer parce que la directrice trouvait que ma façon de lui dire bonjour
ne lui plaisait pas. Un autre contrat qu’une entreprise de secteur privé cette fois ci a accepté mais c’est avec pole emploi qu’il y avait un souci.
J’ai essayé d’être auto entrepreneur dans le graphisme j’ai vite renoncé avec tout ce qu’il y avait a verser à l’ursaff. Je vis avec le rsa en essayant de trouver mieux…toutes ces années d’études pour en arriver là….
Quel gâchis.
Je suis devenue phobique sociale et quand j’arrive à décrocher un entretien les recruteurs me trouvent trop sèche ou agressive. J’ai un tel dégout pour le monde du travail à cause de tous ces contrats jetables, tous ces entretiens ou on ne vous rappelle jamais, tous ces gens qui vous prennent de haut comme si vous étiez un parasite. Le travail est un droit voir une obligation sans ça pas de vie sociale, pas de logement, obligé de vivre chez les parents car pas de cdi.
Vivre tous les jours en ayant honte.
Une cinquantaine de personnes voir plus pour un seul poste, pole emploi qui veut nous faire croire qu’il y a du travail pour tout le monde…
On vaut vraiment mieux que ça

 

 

Illustration : CC-BY Jon S

One thought on “Vivre tous les jours en ayant honte

  1. Moi pareil bac pro dans le même domaine. Ce métier graphiques est une voie de garage… Il devrait arrêter les écoles de ce domaine limite. Du coup je cherche dans d’autre domaines mais dur de trouver quelquechose qui plait car les bons boulots en général sont donné à ceux qui ont du piston.

Laisser un commentaire