6922697035_00823b3024_o

Aujourd’hui on m’a fait comprendre que malgré toute ma bonne volonté, je n’étais qu’une marchandise.

Aujourd’hui j’ai 27 ans, je suis pharmacien industriel, il me manque juste ma thèse (pas forcément utile pour l’industrie) et un travail.
27 ans pendant lesquels j’ai tout fait pour avoir de bons résultats, même si j’ai parfois échoués lamentablement au profit de certaines soirées bien arrosées.

J’ai toujours voulu travailler dans les sciences, la pharmacie est devenue une réalité quand j’ai découvert tout ce qu’on pouvait y faire.
On m’a dit « tu veux développer des médicaments? Les rendre meilleurs ? Plus efficaces? Viens, tu auras de l’espace pour travailler, des casses têtes à résoudre, une ‘bonne’ ‘situation’ et tu vivras ta vie ».

J’ai eu mon concours, mon premier diplôme universitaire, puis mon deuxième, puis mon équivalence et enfin le jour où je suis devenue ‘pharmacien’.

Après ça il a fallu trouver un travail, et puis l’entreprise dans laquelle j’étais ne m’a pas laissé filer et je suis restée 1 an de plus là bas
Nos chemins ont commencés à diverger, fin de cdd et voilà. Je suis partie un peu déçue mais contente de pouvoir découvrir autre chose.

1 an et demi de chômage plus tard (non indemnisé, faudrait pas trop espérer non plus, t’es jeune quoi) j’enchaîne les entretiens d’embauche pour un labo, un travail à ma portée, qui correspond à mon profil, et en plus, ils sont venus me chercher d’eux même !

Un entretien skype avec 2 personnes, 2 jours après on me demande de ‘descendre’, Nantes Montpellier, une belle brochette de route, je prend donc l’avion.
Sur place je passe des tests psycho. Je rencontre les deux personnes vu par skype. Et puis même le responsable du labo, ainsi que le pdg.
Autant dire que je suis dans le pipe, pour moi qui n’ai jamais eu confiance en moi, c’était bien plus qu’un fossé ou qu’une montagne que je venais d’affronter.
2 semaines plus tard: je suis prise!

On fixe une date d’embauche, je reçois une promesse d’embauche bien plus tard et voilà tout est lancé, c’est parti pour déménager !

Je descends à Montpellier pour me trouver un appartement, je remonte, je fais mes cartons, je résilie mes abonnements, fait mes changements d’adresse, loue une camionnette, mobilise les copains pour tout charger, demande à mon père de conduire ce 20m3 qui contient 10 ans de ma vie.
10 ans que j’ai quitté mes parents, et enfin un cdi, statut cadre, bien rémunéré, dans une ville au soleil, loin de mes amis, mais avec avion c’est facile !

Départ 5h30 du matin, c’est qu’il faut être à l’heure pour le rdv d’état des lieux à 17h et enquiller les 800 km de route qui nous en séparent.
Et puis voilà, on passe Limoges et mon téléphone sonne.
Promesse d’embauche annulée.
De but en blanc au téléphone, alors qu’on est sur la route.
Je suis estomaquée, je ne comprends pas, je bafouille, on me dit ‘venez nous voir des que vous arrivez, ça sera plus simple’
3 ‘rdvs’ plus tard, ils ont réussis à m’extorquer un papier ou ‘je reconnais’ ne plus vouloir du poste (c’était ça ou ‘venez le 11 et puis le 12 on met fin à votre période d’essai’ mais qui dit fin de période d’essai dit rien du tout) et je cite ‘pour m’être agréable’ ils prennent en charge tous les frais engagés dans mon déménagement.
Nous sommes perdus et écœurés, mon père et moi, à 800 km de mon ancien appartement, dans un hôtel moyen, avec d’énormes questions et beaucoup de tristesse.
Aujourd’hui on m’a pris pour une marchandise, quelque chose qu’on pouvait acheter et finalement se rétracter sans avoir la moindre obligation. Le tout dans la légalité.
Aujourd’hui on m’a fait comprendre que malgré mon beau diplôme, ma belle envie de travailler, mes beaux efforts, mes déplacements, mes entretiens et ma disponibilité, que malgré toute ma bonne volonté, je n’étais qu’une marchandise.
Que je pouvais retourner m’installer au rayon des ‘prêts à embaucher’, dans la jungle de pôle emploi et de ses conseillers inutiles (mais eux au moins ils ont un travail).
Aujourd’hui je suis désabusée.
Aujourd’hui j’ai 27 ans, je suis pharmacien industriel et je suis au chômage.
Aujourd’hui j’ai 27 ans et la furieuse envie de tout balancer par la fenêtre.
Aujourd’hui j’ai 27 ans et je suis un jouet.
Aujourd’hui j’ai 27 ans, 1800 km de camionnette dans les pattes, une location d’appartement avorté et un moral au 36 ème dessous.
Demain j’aurai toujours 27 ans, mais je me suis promise de ne plus jamais être le jouet de quelqu’un, parce que clairement ‘on vaut mieux que ça’

 

 

Illustration : CC-By Richard Grandmorin

One thought on “Aujourd’hui on m’a fait comprendre que malgré toute ma bonne volonté, je n’étais qu’une marchandise.

  1. Allez voir un avocat/une avocate, ou un syndicat. Une rupture de promesse d’embauche, ça peut parfois se contester devant les prud’hommes, surtout si votre annulation a été extorquée sous la contrainte.
    Vous pourriez peut-être faire valoir que vous n’auriez pas déménagé à 800 km de chez vous après des années de galère, résilié vos abonnements, etc… pour annuler à la dernière minute. Si vous avez des preuves (mails, sms ?) que les 3 rdv ce sont eux qui les ont initiés, pareil, ça peut être des indices.
    et enfin, si c’est vous qui aviez vraiment annulé, pourquoi la société vous paierait-elle en plus vos frais de déménagements, hum 😉 ? Y sont drôlement sympas !! Ca veut dire qu’ils ont peut-être peur que vous puissiez leur faire un procès.
    Tentez le coup.
    Bon courage

Laisser un commentaire