4744477106_06e974f053_z

« Puisque c’est comme ça, vous n’êtes pas prêts de l’obtenir, ce revêtement de sol »

Quand le Maire de la commune mène une politique de constructions à tout-va, que les effectifs par classe augmentent, que les écoles perdent leurs bibliothèques pour y mettre des classes, que des classes se retrouvent dans des vieux préfabriqués lépreux, tout cela sans que les directeurs ne réagissent car ça leur permet d’être totalement déchargés (c’est-à-dire de ne plus avoir de classe du tout).

Quand les enfants sont les uns sur les autres et que plus de 20 classes se partagent la même cantine, la même salle informatique avec ses 11 ordinateurs obsolètes, quand il n’y a ni gymnase, ni salle polyvalente, ni terrain de sport, que la cantine nous sert des repas « enfants » au prix des repas « adultes » et que l’on est presque obligés de quémander sa nourriture, qu’il n’y a ni eau chaude, ni toilettes pour les adultes, que la salle des maîtres ne peut accueillir la totalité des enseignants car elle est trop petite (et n’a d’autre part, contrairement au reste de l’école, jamais été repeinte, que le sol y est nu et que le bruit y est donc amplifié), et que quand je râle, le Maire me dit « Puisque c’est comme ça, vous n’êtes pas prêts de l’obtenir, ce revêtement de sol… »

 

 

Illustration : CC-BY Christopher Sessums

One thought on “« Puisque c’est comme ça, vous n’êtes pas prêts de l’obtenir, ce revêtement de sol »

  1. Heureusement que nous faisons parti des « pays développés » dans lesquels on peut se targuer d’avoir de belles technologies et de l’argent à ne plus savoir quoi en faire ! La loi le dit elle même « L’éducation est la première priorité nationale. ». Peut-on savoir, dans quel pays, serait il possible d’accéder à une éducation convenable pour tout le monde ? Déjà, de ma génération (1995, oui c’est tout jeune), les professeurs se plaignaient déjà des classes pleines à craquer. Sans parler des bâtiments délabrés à la limite du « socialement convenable », il est absolument intolérable, en France (Oui cette Belle image de la France !), de se retrouver avec des conditions d’éducation pareilles sachant que, je me répète, « L’éducation est la première priorité nationale. » !
    Et encore heureux que cette dernière soit la première priorité ! Je n’imagine même pas ce que cela aurait pu être si cela avait été différent.

    Et les mairies qui jouent les sourdes oreilles et qui pensent ne pas répondre aux « caprices », faudrait peut être commencer à ouvrir les yeux et à se dire que dans notre pays, on vaut peut être un peu plus qu’une éducation « satisfaisante et convenable », et que l’on devrait plutôt avoir une éducation « optimale, personnalisée et suivie ». Mais bon on préfère bombarder la gueule des gens et faire des jeux de politiques plutôt qu’instruire les jeunesses à justement, ne pas faire ce genre de choses.

    Les français sont bons râleurs. Et y’a de quoi. Dans l’ère du numérique où tout se transforme très vite, que tout se réforme très vite et où l’on n’a même plus de le temps de prendre du recul, il serait peut être temps de se poser pour même tout le monde à niveau. Car en plus de creuser la fracture numérique, on crée en plus des fossés sociaux-économiques absolument immense. Alors oui, je pense que freiner un peu les dépenses et les « superbes avancées » technologiques au profit d’une nivellation générale aux mêmes « standards » ne ferait pas de mal, dans une France pourtant si inégale.

    Mon discours peut sembler un peu utopique dans le sens que tout est une question bien évidente de fonds et de politiques, mais vouloir quelque chose de mieux que « pas trop mal » n’est pas un luxe. C’est même censé être quelque chose de « normal » dans notre pays qui se veut progressiste et qui veut le bien de son peuple.

    Enfin bref, c’est scandaleux, mais cela fait parti des trop nombreuses inégalités à réparer, et ça devient lassant.
    Évidemment, #onvautmieuxqueça.

Laisser un commentaire