Harcèlement sexuel en colonie de vacances

Il y a quelques années de ça, j’ai travaillé en tant que saisonnière dans une colonie de vacances. Le travail durait 3 semaines.

J’ai été recrutée la veille du départ, car il y a eu un désistement.
Je n’ai signé mon contrat qu’au bout de deux semaines.

Je bossais 16 à 18 heures par jour. J’étais responsable d’un groupe de 12 petites filles, de leur lever (8h) à leur coucher (22h), tout cela sans pause.
A 22h30, nous avions une réunion briefing/débriefing, qui durait parfois jusqu’à 1h du matin. Et pendant mon « temps libre », je devais préparer mes 3 activités du lendemain (activité du matin, de l’après-midi et veillée). On m’engueulait si je ne le faisais pas, car « j’avais le temps ». Le directeur m’engueulait également de ne pas avoir trouvé d’idée d’activité à la réunion du soir, parce que, je le cite « tu as eu toute la journée pour y penser » (la journée que je passait sans pause avec 12 enfants, oui oui…).

J’ai été payée 2.40€ de l’heure.

Le directeur criait également très souvent sur nous en réunion, l’ambiance de travail était horrible. Une fois, il a crié tellement fort que j’ai fait une crise d’angoisse, et j’ai du sortir.

Un autre soir, alors que j’étais assise sur les marches en attendant la réunion, un de mes supérieurs a jugé drôle de me mettre une main aux fesses, en passant sous mon pantalon. Ça le faisait rire, mais je ne le connaissais même pas. J’ai fait une autre crise d’angoisse le soir dans ma chambre.

Mes collègues n’étaient pas mieux. Deux d’entre eux m’ont demandé ce que je ferais si quelqu’un glissait un préservatif sous la porte de ma chambre. J’ai répondu « J’ouvrirai pour le rendre à la personne ». Et on a cru drôle de me répondre « si tu ouvres la porte c’est que tu es consentante« .

J’ai aussi eu le droit à de nombreuses remarques sur ma poitrine lorsque je devais faire des activités aquatiques avec les enfants, et l’une de mes collègues à même été filmée à son insu en train de se baigner, et a eu droit a un énorme zoom sur la poitrine. Cet extrait a été gardé dans le « film de fin de colo de l’équipe », et elle a été ainsi humiliée devant tout le monde.

Je ne me suis pas encore totalement remise de cette expérience là. Ils ont profité de ma jeunesse et de ma naïveté pour être émotionnellement abusifs envers moi, et m’exploiter comme si je n’étais rien.

Le monde du travail me dégoûte.

 

image via www.flickr.com

3 thoughts on “Harcèlement sexuel en colonie de vacances

  1. Quels enculés. À partir du moment où il y a une petit abus accepté (2,40 euros de l’heure) , pourquoi ne se gêneraient-ils pas pour aller plus loin dans l’exploitation? Et les parents ne sont pas là pour protéger leurs enfants?

  2. La lecture de ton témoignage provoque horreur et indignation. Horreur pour ce que tu as subi sur le moment et pour ce qui te reste de cela jusqu’à maintenant… Et indignation parce que c’est le genre d’expérience que j’ai souvent entendu raconter par des amis ayant travaillé dans l’animation : exploitation, sous-paiement et toute sorte de maltraitance physique et/ou morale au nom de « l’amusement ». C’est énervant de voir que pourtant au fil des ans rien ne change : on continue de confier autant d’enfant à une seule personne souvent très jeune et peu préparée tout en lui imposant un rythme de travail dont personne ne voudrait et payée au lance-pierre. Tout ça encadré bien légalement par un joli contrat. Et il y aurait beaucoup à dire sur les directeurs…
    J’espère sincèrement qu’un jour, et le plus tôt possible, tu arriveras à surmonter cette terrible première expérience du travail. Cela ne devrait jamais arriver et surtout pas si jeune. Bon courage, tu vaux mieux que ça !

  3. J’ai également travaillé en tant qu’animatrice en colonie de vacance. Mon responsable, 16ans de plus que moi n’a pas arrêté de me faire des avances, que j’ai refusé de manière très claire et dès le début. Après plusieurs refus « calmes » j’ai fini par m’énerver. J’ai été exclue de l’équipe d’animation, sauf lorsqu’il fallait organiser les activités et prendre en charge les enfants bien sûre. Mes autres collègues, tous des hommes et sans aucune qualification d’animation, se sont en quelques sortes ligués contre moi, il se moquait sans arrêt. Heureusement, d’autres animateurs issus d’autres colonies étaient sur les lieux. J’ai pu trouver un soutien.
    C’est une situation compliquée. Les enfants sont déjà en quelques sortes mis en danger mais légalement. La règlementation prévoit un animateur pour 15 enfants pour les séjours dits linguistiques, c’est une honte. On a envie de partir, mais on ne peut laisser les enfants seuls, avec cette équipe de bras cassés qui leur implante des idées horribles dans la tete a longueur de journée, souvent sexistes. Et les parents paient pour ça en attendant!
    Pareil et bien évidemment, j’étais payée 2,50€ de l’heure.

    Aujourd’hui, plusieurs fédérations d’éducation populaire se battent pour la valorisation du travail de l’animateur et de sa posture éducative. (taux d’encadrement, salaire minimum… ) telles que les Francas ou encore les Céméa. C’est un beau combat, qui permet de relacher la pression de ce qu on a pu subir lors de ces colonies. Le milieu de l’animation est très précaire, et c’est la que le bât blesse.

    N’hésite surtout pas à dénoncer ces actes odieux. Aussi, sur les listes d’enfants tu as souvent les coordonnées des parents ou personnes à joindre en cas d’urgence. Sms ou mails groupés pour dénoncer ce que tu as subi ne coutent pas grand chose, et permet à ces enfants de ne jamais retourner dans ces colonies.

Laisser un commentaire