Suite du témoignage « j’ai 51 ans et je suis morte en octobre 2004 »

Première partie du témoignage

Je témoigne a nouveau.

J’ai 51 ans et en 2004 et j’ai été licenciée après avoir été harcelée moralement. Je ne reviendrai pas sur les détails. Dans tous les cas je suis morte en octobre 2004.

Je suis contre la loi travail mais j’avoue que certains détails relatifs à cette loi me laissent perplexe. En effet comment se fait il que les syndicats se réveillent seulement en 2016 ?

Je vais donc prendre des exemples : l’amplitude du temps de travail est de 10 heures et doit passer a 12h. Cela est le cas depuis de nombreuses années. Dans le commerce, il m’arrivait plusieurs fois dans la semaine de commencer a 8h et finir à 21h (entretien du magasin – fermeture caisse – fermeture magasin).

Autre exemple les heures supplémentaires non payées mais qui étaient sensées être récupérables (il suffisait a mon employeur de réinitialiser mes horaires, le tour était joué) : demande de justifications, réponse : « la porte est là ».
Vous pouvez démissionner.
Donc heures non payées non récupérées.

Autre exemple la flexibilité : mes horaires pouvaient changer d’un jour sur l’autre. Planning donné une semaine a l’avance mais qui pouvait être revu même dans le courant de la journée. Exemple : pause repas 13h-13h30. Il m’est arrivé de prendre ma pause repas a 15h. PMA à terminer. Retouche à finir. Collègues absentes etc…

J’arrête là mais les exemples seraient interminables et bien d’autres secteurs pourraient en témoigner. J’oubliais les accords en entreprises utilisés par voie de vote au sein de l’entreprise : rien de nouveau. Exemple : pour l’ouverture du magasin la nuit en temps de soldes ou autres, nous devions voter non pas sous anonymat mais face à notre direction.

Enquête sur les conditions de travail. On passait une par une et répondions à une série de question. Validé sur ordinateur avec notre matricule, il suffisait à la direction de passer derrière nous, valider nos matricules, nos réponses étaient sous l’œil des responsables. Donc bien des soi-disantes propositions de la loi travail étaient déjà là.

Laisser un commentaire