« J’ai fait une croix sur ma vie personnelle »

Je voudrais moi aussi vous faire part d’une certaine expérience rencontrée au travail.

Tout d’abord, je suis technicienne de laboratoire, je fais du contrôle qualité sur les produits alimentaires comme pharmaceutiques.

Je suis rentrée dans un gros groupe pharmaceutique fin 2013.

Je n’ai vraiment pas eu de souci avec mes collègues et responsables, j’ai eu de la chance de trouver ce long CDD de 18 mois qui manquait à mon CV chargé de courtes missions.

Le prix de ce dernier fut la signature (obligatoire) d’un avenant mentionnant que mes horaires pouvaient, je cite,

varier du lundi 00 :00 au dimanche 00 :00 en incluant les jours fériés

Je devais en effet, effectuer mon travail en horaires 15 :00-23 :00 et éventuellement revenir en astreintes jusqu’à 05 :00.

Tous cela à cause de tests effectués en production par l’équipe de nuit et qui doivent absolument être analysés dans les 4 h qui suivent par un technicien microbiologie.

D’ailleurs étant seule au laboratoire, je me devais de prévenir chaque soir le gardien de nuit afin qu’il me téléphone toutes les heures pour savoir si tout va bien (il n’y a personne aux alentours pour voir si je fais un malaise), système stupide mais on ne pouvait faire autrement.

C’est ainsi que je pouvais me retrouver à attendre des heures presque chaque nuit, devant le téléphone à me demander si je pouvais dormir après une journée de 7h.

L’astreinte s’appliquait tous les jours, de tous les mois, sans rotation (et non c’est tellement aléatoire qu’une personne suffit). Je devais appeler la production pour savoir à peu près l’heure de fin de leur tests afin que je puisse retourner au travail, et ce à 2-3-4 h du matin…
Je me demandais même si je pouvais dormir, trop peur d’être trop fatiguée pour me réveiller.

Heureusement, cela ne se produisait pas tout le temps, mais une nuit, j’ai dû revenir et j’ai dormi 5 heures et je suis revenue la nuit suivante où j’ai dormi à nouveau que 5 heures.

Le jour d’après, complètement fatiguée et sachant que j’allais devoir refaire la même chose les deux nuits suivantes, j’ai appelé à l’aide à mes collègues qui ont appelé les équipes pour leur dire que je n’allais pas pouvoir assurer vu mon niveau de fatigue cumulé.

Mais ces horaires farfelus ne s’arrêtaient pas là car je suis restée comme ça 6 mois, jusqu’à ce que je fasse du mardi au samedi puis du mercredi au dimanche (toujours en astreintes tant qu’à faire). Pour ensuite passer du lundi au mercredi 15 :00-23 :00 puis du jeudi au vendredi 21 :00-05 :00, pendant 1 mois.

C’est fou comme le corps s’habitue mal au changement, même couchée à 05 :00 j’étais debout à 10 :00.

Pour finir, j’ai fait du 17 :00 – 2 :00 puis 16 :00 – 00 :00 durant les derniers mois qu’ils me restaient

Mon cas n’était pas dramatique, j’étais quand même bien payée en heures supplémentaires, de nuit, astreintes, ects…

Mais j’ai quand même fait une croix sur ma vie personnelle, surtout sociale pendant presque 18 mois car je vivais à ce moment là seule chez moi, et au travail, les collègues étaient en horaires journée.

Juste pour une question d’horaires, je me suis retrouvée exclue…Je vaut mieux que ça.

Quitte à être exclue, autant être au chômage, là au moins je peux dormir…

 

image via www.flickr.com

Laisser un commentaire