« Six mois de harcèlement et d’humiliations »

J’ai 30 ans, un Master 2 en droit, et je travaille dans la fonction publique en tant que contractuelle depuis 2013.

Pendant ma dernière année d’études j’ai été stagiaire à l’hôpital. Un stage de 6 mois, 6 mois de harcèlement et d’humiliations quotidiennes de la part de la chef du service. Une personnalité reconnue dont la passion était de tyranniser les stagiaires. C’est long 6 mois, surtout quand on est pas payé, surtout quand le stage est la dernière clé pour valider son diplôme. Il m’a fallu plusieurs mois pour m’en remettre.

Après j’ai eu mon premier vrai poste, dans une université, avec une équipe bienveillante, 2 ans et demi de bonheur professionnel.

J’ai voulu changer de poste… Un poste factice, je n’ai pas de travail. La hiérarchie m’a menacée dès mon arrivée, si je fais un pas de travers, ils briseront ma carrière. Je me fais discrète, je cherche un nouveau poste, je m’occupe, je m’interroge sur le monde du travail, et l’incroyable violence que l’on peut y trouver.

J’essaye de minimiser l’angoisse, de passer le temps sans le gâcher, j’en parle avec des proches qui vivent ou ont vécu des situations similaires.
Je n’arrive pas à me lever le matin, et je prie pour qu’ils mettent fin à la période d’essai,  je fais tout pour éviter le conflit.

Le plus terrible dans tout ça, c’est que je travaille dans la déontologie et la recherche…

 

image via www.flickr.com

Laisser un commentaire