Tout ceci a fini par une hospitalisation pour problèmes cardiaques, une énorme dépression, un départ à la retraite anticipée et une colère indestructible.

Bonjour,

juste pour dire qu’une crèche d’hôpital qui n’est ouverte qu’aux heures habituelles (7h – 19 h ) n’est vraiment pas adaptée aux horaires décalées des personnels soignants (7h-15h / 13h – 21h / 21h – 7h) à l’époque où j’exerçais, je ne parlerai même pas des heures supplémentaires passées à perte et profits, des périodes de jour obligatoires pour le personnel de nuit alors même que le personnel de jour pouvait refuser de faire des nuits, des retours intempestifs sur nos nuits de repos pour manque de remplaçante quand la collègue de l’autre équipe était malade, de contrats de nuit « inventés » et élaborés pour soi-disant plus d’équité alors que vous êtes en poste de nuit depuis un certain temps et même un temps certain (+ de 15 ans pour moi).

Suite à ces contrats de nuit ubuesques, une de mes collègues obligée de repasser de jour pour donner son poste à une autre qui le convoitait a dû renégocier son prêt immobilier et a fini par revenir de nuit 1 an après plus ou moins obligée parce que celle qui l’avait évincée n’a tenu le rythme qu’un an et a demandé son changement d’hôpital au bout de 3 mois…. Je peux aussi vous dire que notre prime de nuit, négociée dans cet hôpital qui ne trouvait personne pour travailler la nuit, nous a été purement et simplement été supprimée pour cause de non conformité à la grille nationale, ces « chamboulements » ont été menés par un directeur d’hôpital qui n’est resté en place que pour nous faire avaler la pilule… et pour maintenir nos salaires au même niveau il nous invitait à accepter de faire des heures supplémentaires.

Je regrette d’avoir détruit les courriers concernant ma fin de carrière, je ne peux rien prouver mais tout ceci a fini par une hospitalisation pour problèmes cardiaques, une énorme dépression, un départ à la retraite anticipée après 40 ans dans le même hôpital sans pot de départ et une colère indestructible qui continue à me bouffer la vie 10 ans après ! J’ai plus souvent été gréviste réquisitionnée que défilant dans la rue mais, même si je ne peux plus me déplacer facilement, je serai dans la rue le 9 mars. Merci à vous, ne lâchez rien pour que nos ancêtres ne se soient pas battus pour rien et que les plus jeunes puissent s’épanouir dans leur travail.

 

 

Illustration : CC-By Franck Michael

Laisser un commentaire