Violence confidentielle

Je viens faire un témoignage.

J’étais employée de maison logée après une carrière dans l’administratif. Belle affaire me direz vous. Sauf que mon ex-conjoint a commis l’irréparable… ME FRAPPER.

Après avoir porté plainte contre lui et prévenu mes employeurs… Ceux-ci m’ont rétorqué que je n’étais pas tant à plaindre que ça… car je n’avais ni membre ni dent cassée… J’ai donc demandé une rupture conventionnelle qu’ils ont mis un an à accepter. Je me suis retrouvée du jour au lendemain sans travail, sans toit. Le pire est que j’ai pris un avocat qui m’a fait espérer pouvoir gagner car je n’avais pas passer de visite à la médecine du travail, que tout employeur doit assurer la protection de son salarié. Le jour J devant le prud’hommes je me suis aperçue qu’elle (avocate) était en lien avec la partie adverse… Donc j’ai ma rupture mais aucun dédommagement et surtout j’ai dû signer un papier stipulant que je ne devais en parler à personne. Maintenant je me fiche pas mal de leur prétendu papier, je peux le dire « JE VAUX MIEUX QUE ÇA » même si ma situation n’est toujours pas des plus facile quand on a 50 ans.

 

 

Illustration : CC-By DonkeyHotey

Laisser un commentaire