Bilan de 20 ans dans une usine à mômes

Si je fais court:

20 ans dans une crêche, 1300 euros de salaire dont 100 d ancienneté,une prime de 30 euros par an dîte prîme au mérite,des heures sup récupérées en temps, un temps complet depuis seulement 3 ans, une charge de travail toujours plus grande, une salle de pause comme un placard, des locaux inadaptés et une hiérarchie qui nous dit bien que nous n évoluerons jamais. J accompagne les enfants et suis heureusement auprès d eux tous les jours…je me dis souvent que si ils ne m accompagnaient pas eux aussi à leur manière, je bazarderais tout! L esprit d équipe a disparu et les arrêts se multiplient! Usure mentale et fatigue physique! Aucune motivation insuflée et grand mépris décompléxé d une hiérarchie finalement très ignorante de notre métier, de nos pratiques…ce qui conduit à une déshumanisation de l accueil des tous petits. Nous avons les usines à vieux! Nous avons aussi les usines à mômes! Du service à la personne où sévissent la rapidité, la vision comptable et l obsession du remplissage de places!

Pour le reste, tout est dans le discours! Valeurs altruistes affichées en mode publicitaire pour la vitrine et séduire le client! Car le parent du tout petit est d abord un client et l enfant, un placé! Langage abominable d aujourd hui qui a vidé de son essentiel ce que nous faisions jusqu alors avec bien d autres valeurs et motivations!

Sans prétention, je vaux mieux que 1300 euros, je refuse de me brader plus et de vouer ma vie au travail, de m humilier moi même en acceptant tout le mépris d une femme ministre qui détruit des décennies d avancées sociales, cherchant à faire de chacun un ajusté à une société définie de plus en plus injustement! Je vaux mieux que myriam car je pense sincèrement que le goût de la vie est plus urgent que le coût de la vie! Qu une société avancée met l humain et l amélioration de ses conditions d existence au centre de tout! L économie auquel chacun contribue devant être au service de chacun…et non l inverse!

D ailleurs, arrêtons le lynchage des chômeurs et des bénéficiaires du rsa! Ils sont les victimes, pas les coupables! Oui, nous valons mieux que ça! Nous sommes les gens de tous les jours et le jour…ça se lève.

 

> image d’entête via Flickr

Laisser un commentaire