« J’ai perdu le goût de vivre »

J’ai travaillé dans un hôtel 5 étoiles. Le jour de ma rencontre avec mon boss, il m’a parlé comme à un client, m’a proposé un café et m’a même souri. Le lendemain, il était devenu mon patron, lorsque je lui ai tendu la main pour lui dire bonjour, il m’est passé devant sans même m’adresser un regard.

Dans la même période, au même boulot, avec le même patron, ça n’allait pas. Je n’étais pas satisfait de ma situation, ni même du travail que j’effectuais. Lorsque j’ai demandé à ce dernier de parler un peu pour savoir comment je pourrais m’améliorer, il a soufflé, il ne souhaitait pas perdre de temps avec moi, la communication n’avait rien à faire dans ce métier.

Aujourd’hui, je suis en dépression suite à mon incapacité à m’adapter au monde du travail, à ce monde qui nous demande d’abandonner notre partie humaine pour faire survivre un système contre lequel nous n’arrivons même plus à lutter.

J’ai perdu le goût de vivre parce que je n’ai pas envie d’exister dans un monde comme celui là, et mourir semble plus facile à réaliser que de le changer.

Ce n’est pas seulement ma vie qui vole en éclat, celle de tout mes proches en subit les conséquences, et je ne souhaite à personne mon regard sur le monde.

 

image via www.flickr.com

One thought on “« J’ai perdu le goût de vivre »

  1. J’ai été mis en morceau aussi en travaillant dans l’hôtellerie, écrasé par une hiérarchie absurde qui ne voulait rien entendre ni rien améliorer… Je compatis.
    Courage.

Laisser un commentaire