« Je crois à un système équitable et juste où chacun aurait sa place »

Qu’est-ce que le travail ?

Je sais ce que je ne veux pas mais qu’est-ce que je veux ? C’est quoi ma vision du travail, c’est quoi mes valeurs ?

Je fais un choix d’activité professionnelle par rapport à mes aspirations dans la vie, mes valeurs, ce que j’aime faire et non par rapport à un niveau de salaire. Bien sûr, je veux gagner assez d’argent pour pouvoir vivre décemment. Ce qui signifie pouvoir payer mes factures, manger correctement, m’habiller, décorer ma maison, mettre de l’argent de côté en cas de coups durs et pour mes loisirs.

Je vais choisir une activité qui me plaît et m’associer à mon patron (= une personne qui est déjà dans cette activité et qui est propriétaire de son entreprise). M’associer signifie m’engager à travailler pour lui en échange d’un salaire répondant aux critères ci-dessus.

Je veux une entreprise où les salariés investissent ce qu’ils veulent dans la société afin de recevoir une part des bénéfices de cette entreprise, cette part sera peut-être faible au début mais plus l’entreprise grandira et plus je pourrais investir dedans et donc gagner. Cette part n’est pas mon salaire, c’est une prime. Il n’y a pas d’investisseurs qui ne soient pas des employés dans cette société, mis à part une banque si besoin à qui l’on emprunte et à qui on rembourse avec intérêt mais pas d’actionnaires. Ainsi, les employés participent activement à leur entreprise et à son développement et leurs patrons cessent de les considérer comme de la main d’oeuvre mais plus comme des associés pour faire vivre et grandir son entreprise. Une relation de confiance s’instaure.

Ainsi, chacun est responsable du partage équitable des tâches et du temps de travail. Personne n’est exploité, chacun prends la responsabilité de respecter l’autre.

Tout le monde est sur un pied d’égalité, sauf que le créateur de l’entreprise a le dernier mot sur les décisions de son entreprise puisque c’est la sienne et les co-associés ne peuvent avoir un pourcentage de bénéfice supérieur à celui du créateur de l’entreprise.

On a tous envie de faire quelque chose qui nous plaît dans la vie, il n’y a pas de raisons que le travail soit synonyme de quelque chose de négatif. Seulement, chacun doit prendre ses responsabilités et ne pas chercher à dominer l’autre. Je crois à un système équitable et juste où chacun aurait sa place.

J’ai connu ça dans un service qui venait de se créer dans mon entreprise, j’ai travaillé main dans la main avec un collègue pendant trois ans avec la relation dont je parle plus haut. La relation avec lui et notre responsable était excellente, il communiquait beaucoup avec nous, nous étions tous sur un pied d’égalité sauf que les décisions étaient validés par notre responsable mais il n’y avait pas de « c’est moi qui décide et tu n’as pas ton mot à dire ». Il y avait une dynamique de groupe et un respect formidable ! Je n’ai jamais rechigné un seul jour à me lever le matin pour aller travailler au contraire puisque que je savais que j’allais faire quelque chose qui me plaît, où je me sentais utile, qui était reconnu et que j’allais passer ma journée avec des gens super.

Cela s’est dégradé depuis l’agrandissement du service, notre responsable nous parle moins, privilégie une relation avec mon collègue. Le pied d’égalité disparait et on commence à nous demander plus de chose, à nous contrôler sur nos horaires… Et c’est dommage.

Mais je reste convaincu qu’il est possible que les choses se passent autrement. Un salarié n’est pas forcément là pour profiter de son patron, gagner beaucoup d’argent et en faire le moins possible et un patron n’est pas forcément là pour profiter de ses collaborateurs. Encore faut-il que chacun y mette du sien.

Je suis peut-être très naïve mais je pense qu’une autre forme de travail est possible et si je ne la trouve pas, peut-être vais-je tenter de la créer moi-même avec ceux qui y croient aussi.

On vaut mieux que ce qu’on nous propose, #OnVautMieuxQueCa

> image via flickr

Laisser un commentaire