« Tu es off ce jour là, mais je te donnerai 3 heures de récup »

« Au départ engagée en tant que « Chargée de clientèle » dans un hôtel 4 étoiles (en gros, je devais m’occuper d’un type de clientèle en particulier), je me retrouve à faire 3 voire 4 métiers en même temps : réceptionniste, concierge, standardiste et même agent de réservation par moments, tout en étant payée au SMIC alors que je suis titulaire d’une licence.
Le manque de staff dans tous les services se fait cruellement ressentir, et les plaintes des clients à ce sujet retombent sur nous car bien sûr, c’est entièrement de notre faute et du à notre incompétence si le service est lent, d’après la direction. Pour un hôtel de 150 chambres, il n’y a qu’un seul bagagiste, une seule personne au room-service et un seul agent de la maintenance par shift chaque jour…Et quand il n’y a même pas de bagagiste disponible, la direction demande aux hommes de la réception ou au vigile de les remplacer en attendant…Nous sommes tellement en manque d’effectifs à la réception que nous devons parfois demander (à contrecœur, car nous savons à quel point c’est pénible) à la personne au standard ou à la conciergerie de quitter son poste et de venir nous aider devant s’il y a vraiment trop de monde. Vive la polyvalence.
Notre supérieur passe son temps à nous comparer les uns les autres avec une multitude de tableaux sur nos performances au travail, pour nous « motiver » (traduction: nous mettre la pression) mais aussi pour mieux nous diviser et nous pousser toujours plus loin dans l’individualisme.

Bien entendu, nos heures supp’ ainsi que nos heures de formations et de réunions en dehors des heures de service ne sont pas payées, on nous impose des heures de récup à la place. Exemple: mon chef qui m’envoie un SMS un matin pour me dire « Mardi prochain, il y a une formation de 14h30 à 16h30 mais tu es off ce jour là. Je te donnerai 3 heures de récup, ça te va ? » (avec cette dernière phrase, je me suis sentie un peu comme un mendiant à qui on jetterait une pièce trouvée au fond d’une poche). Bien sûr, je lui ai cordialement fait comprendre qu’il ne fallait pas compter sur moi car j’ai une famille et une vie en dehors de mon boulot et que ses heures de récup ne m’intéressaient pas. Cela dit, même si j’ai le courage de dire « non » dans ce genre de situation car je sais que c’est mon droit et qu’il ne peut légalement rien me reprocher, cela reste une pression pour moi.

Je vis dans un pays chaud, et nous travaillons dans une réception « ouverte » et donc exposée aux éléments naturels comme le soleil, la pluie et le vent. Pas de clim donc, ni de ventilateurs ou de brasseurs d’air pour nous rafraichir quand il fait chaud, pas de tenue fournie par l’hôtel pour les moments plus frais (la nuit ou en cas de vent fort et de pluie).

C’est mon tout premier boulot et je me rends compte que j’aime vraiment travailler dans le tourisme/l’hôtellerie. Je ne compte pas m’éterniser dans cet hôtel, à vrai dire, je recherche déjà du boulot ailleurs, mais j’avoue que cette toute première expérience, malgré le plaisir et les connaissances que j’ai pu en tirer jusque là, ne me rends pas super confiante pour mes expériences professionnelles à venir…

 

> Image via Flickr

Laisser un commentaire