« Je n’arrive pas à réaliser que j’en suis là aujourd’hui car j’ai dit non à un mec qui m’a fait une déclaration d’amour »

Je vous écris car mardi dernier j’ai été forcé de quitter mon travail alors qu’il me plaisait beaucoup et que je le faisais bien ! Cette histoire s’est déroulée sur plus de 6 mois et je vais essayer de vous en faire un résumé le plus clair et succinct possible.
Je travaille dans une petite association où nous sommes deux employés, en 2015, ma collègue n’a pas été renouvelée et je me suis occupée du recrutement de la nouvelle personne. Suite au recrutement, j’ai un nouveau collègue, je m’occupe de le former, tout se passe très bien et je suis enfin soulagée d’avoir quelqu’un avec moi après une période de deux mois où j’ai été seule a assurer le boulot à l’association. Un mois, après son arrivée, à la sortie d’une réunion importante sur l’avenir de l’association qui n’est toujours pas pérenne financièrement, mon collègue de 15 ans mon ainé, pose la main sur mon épaule et me dis « j’ai un problème, je suis en train de tomber amoureux de toi ». Je n’arrive qu’à articuler des onomatopées. Il me dit qu’il veut parler, j’accepte. Dans la discussion il me dit qu’il veut savoir si je ressens quelque chose pour lui, je dis que non et que cela n’arrive pas, que nous sommes collègues c’est tout.
Les semaines qui ont suivis cette déclaration, il me demande encore que nous parlions, dès fois le matin nous sortons du bureau pour discuter dehors et il me dit qu’il se sent submergé par ses sentiments qu’il ne contrôle pas, qu’il n’arrive pas à gérer, je l’écoute et le conseil pensant que cela va s’améliorer avec le temps. Je prends alors le rôle de confidente et je me dis que ce n’est pas ma place et que c’est en train de vraiment déraper. Je lui dis que je ne veux plus avoir ce genre de conversations, que je ne suis pas la bonne personne et qu’il faut que l’on revienne à des relations strictement de travail. Suite à cette mise à distance, il devient agressif, enchainant les remarques désagréables sur mon travail et glissant dès qu’il le peut une blague misogyne.
Deux mois plus tard, je prends quelques jours de congés et aussi du recul sur cette situation qui est devenu insupportable. Sur des conseils d’amis, je lui écris un mail en lui disant que ces comportements doivent cesser, il me répond tout de suite me disant ne pas comprendre ce à quoi je fais référence, précisant qu’il est passé à autre chose, qu’il fait déjà assez d’efforts et que je dois me aussi me remettre en cause. Deux semaines après mon retour,  je craque et en parle à une des collègues du bureau d’à côté qui est une autre association avec qui nous travaillons.
Elle organise une réunion avec lui qui dure une journée. Elle me dit qu’il ne faut pas faire référence à sa déclaration mais rester uniquement sur le terrain du boulot, elle a eu une expérience dans les ressources humaines, je lui fais confiance. Suite à cette journée où est pointé du doigts plusieurs dysfonctionnements dans son travail, ma collègue, qui a pris la mesure du problème, me propose d’ échanger de bureau avec elle. Je me retrouve  dans la pièce d’à côté, dans les bureaux de l’asso voisine pour limiter la proximité physique. Nous nous disons que nous faisons un bilan dans 3 mois.
Durant ces 3 mois, les choses ne s’améliorent pas du tout,  bien que je ne suis plus en face de lui. Son agressivité redouble, elle est proportionnelle à la distance que je mets de plus en plus entre lui et moi. Je communique au maximum par mail car sinon il déforme mes propos et me met dans l’embarras vis à vis des membres de l’association et de nos partenaires. Il invente des situations de toutes pièces pour pouvoir me faire des reproches. Il emploi constamment le « on » faisant un amalgame entre ces missions et les miennes ce qui lui permet de dissimuler ses erreurs.Comme prévu, j’ai de nouveau une conversation avec ma collègue, pour elle les choses se sont améliorées, je suis très étonnée de son constat et lui expose plusieurs cas de son comportement qui commence à virer au harcèlement. Elle le défend ou ne dis rien et me dis qu’on en reparlera après les vacances.
De retour de vacances, j’annonce au président de l’association que je vais postuler ailleurs car la situation avec mon collègue est devenue invivable. Bien que je ne mentionne pas la déclaration, le président comprends les exemples que je lui donne et admet que ce n’est pas quelqu’un de facile : on ne peut pas discuter avec lui et il prend des décisions arbitraires sans consulter personne. – je précise que mon collègue et moi sommes tout les deux au même niveau hiérarchique. Je rate mon entretien pour le poste auquel j’ai postulé et annonce au président, à bout de force et ne voyant aucune issue que je ne souhaite pas être renouvelée à la fin de mon contrat comme cela était prévu. Mon mail reste sans réponse de la part du président.
Quelques semaine plus tard, lors d’une réunion skype entre le président, mon collègue et moi, le président me demande si je souhaite toujours partir, je dis que, bien que la situation avec mon collègue soient très compliquée, je ne veux pas partir car je suis trop attachée à mon travail et j’aimerais que l’on trouve des solutions. Je sens le mal à l’aise que cela provoque et le président me dis ok, on en reparle. Cette réunion avec le président faisait suite à une réunion avec le comité d’association à laquelle mon collègue et moi n’assistons pas, ce qui nous étonnes car d’habitude nous y prenons part. 10 jours plus tard, le président nous envoie un mail à tous les deux nous disant qu’il a envoyé le compte rendu de la réunion du comité d’association aux membres des l’association mais sans joindre le compte-rendu en question. Je ne peux donc pas lire le contenu. 
Suite à ce mail duquel je ne suis pas en copie, je suis contacté par deux membres qui me disent « et ben alors tu pars ? » : le président avait annoncé que j’avais décidé de partir. Contre mon accord et sans me prévenir. 
J’arrive à le joindre par téléphone, pensant à un mauvais quiproquo mais non il me brandi le mail que j’ai fait quelques temps plus tôt, m’assenant de prendre ses responsabilités. Je lui rappelle nos conversations skype et il me dit que, dire que je ne voulais pas partir, n’équivaut pas à dire je voulais rester. J’hallucine et lui fait répéter.  Il me confirme que « ne pas vouloir partir » ne veut pas dire « vouloir rester » et ainsi pour lui j’avais confirmer mon email et annoncer mon départ.  
Suite à cela je me fait arrêter par un médecin car je ne dors plus tellement, je suis nerveuse et en colère, elle dit que je vis du harcèlement morale.
Je vous passe les détails glauques et humiliants qui ont suivis à mon retour – comme ma collègue qui, contactée par le président de mon association, lui dit que je suis démissionnaire de mon poste et souvent absente et que cela nuit au bon fonctionnement entre les deux associations !  – et qui n’ont fait que confirmer ma décision de quitter l’association.
Je suis donc plus en poste depuis la semaine dernière, deux mois avant la fin de mon contrat.
Je raconte cet histoire à un ami et je lui dis « je n’arrive pas à réaliser que j’en suis là aujourd’hui car j’ai dit non à un mec qui m’a fait une déclaration d’amour ». Je ne pensais pas que l’on pouvait aussi mal digérer un rateau !
Cette histoire est longue et pourtant des détails j’en ai encore malheureusement pleins….j’ai décidé de vous la faire partager car je la trouve tout simplement hallucinante et que je pense que c’est important de témoigner. Le harcèlement morale est une notion très complexe mais de plus en plus courante et ici elle se double de l’expression de la domination masculine sur les femmes, qui est aussi encore très présente dans le travail. 

3 thoughts on “« Je n’arrive pas à réaliser que j’en suis là aujourd’hui car j’ai dit non à un mec qui m’a fait une déclaration d’amour »

  1. Témoignage poignant… on sent l’enfer de tous les jours et le cercle infernal qui se ressert jour après jour….
    Belle preuve de courage et de détermination… et surtout de s’en sortir indemne !
    Bravo !

    1. C’est dingue, ces hommes carrément instables qui adoptent un comportement hallucinant parce qu’ils sont soit disant « complètement amoureux » et qui t’en font baver aussi.
      J’ai connu ça aussi …

      Merci beaucoup pour ce témoignage ,ça m’a pris aux tripes mais ça me révolte plus aussi de me dire que ce n’est pas que moi et je me dis que plus jamais ça!!!

  2. Ton histoire est bouleversante. Le plus terrible est de réaliser que cette situation inadmissible n’est probablement envisageable que dans ce sens. Notre société sexiste donne aux hommes ce sentiment de toute puissance, ils sont nombreux à ne pas accepter nos refus, au point de nous le faire payer. Et malheureusement nous sommes conditionnées à être trop complaisantes. Les femmes doivent se soutenir tant que les hommes penseront leur relation avec une femme toujours sous le prisme de la séduction même dans le travail.

Laisser un commentaire