J’ai toujours fait le choix de la raison.

J’ai toujours fait le choix de la raison.

Quand j’étais lycéen, j’ai choisi un bac ES, pour les débouchés. Puis un BTS, pour être professionnalisé tout de suite. Mon rêve c’était plutôt de devenir scénariste ou faire des études de lettres, mais j’avais conscience qu’on n’en vivait pas. Études sérieuses donc. Qui ont marché : j’ai trouvé un travail facilement, avant la crise mais aussi après. Au début je n’avais pas un bon salaire, mais j’avais malgré tout de quoi vivre et voyager un peu.

J’ai repris mes études plus tard, toujours dans la même branche et j’ai pu obtenir des postes cadres, dans des entreprises où l’environnement n’était pas horrible. J’ai eu de bons collègues et de bons managers (pas tous, bien sûr). Bref, une bonne situation.

Pourtant, je n’ai jamais été épanoui dans mon travail. Il ne m’a jamais intéressé et n’a toujours été qu’utilitaire. Il ne m’a jamais apporté quoi que ce soit sur le plan personnel, mise à part l’argent nécessaire à survivre et à vivre. Il s’agit uniquement de mettre mon cerveau en veille et effectuer des tâches sans valeur ajoutée pour que la machine-entreprise tourne et que les actionnaires gagnent des mille et des cent. Je n’ai travaillé que dix ans et le monde de l’entreprise m’est insupportable.

Si quand on s’en sort bien c’est déjà aliénant, je n’ose imaginer pour ceux qui n’ont pas eu ma « chance ». Au fond, j’ai toujours été un artiste et jamais je n’ai vu le salariat comme autre chose qu’un gagne-pain. Il est temps de vivre. #OnVautMieuxQueCa

> image d’entête via flickr

Laisser un commentaire