Finalement, je ne conviens pas au rôle

En 2013, fraîchement titulaire du Certificat de Fin d’Études du Conservatoire régional d’Art Dramatique, j’apprends au hasard d’une balade qu’un petit théâtre propose une formation de trois semaines, en réalité une audition XXL pour dégoter des comédiens à intégrer dans le spectacle de la prochaine saison. Je tente ma chance et après l’audition avec le difficile metteur en scène et directeur du lieu, j’ai l’honneur d’intégrer la formation. La formation est physiquement exigeante, j’ai eu des courbatures à la mâchoire pendant les trois premiers jours et je ne m’appesantirai pas sur le reste, le metteur en scène avait le corps cassé et nous le rappelait avec insistance tous les jours. Entre les abandons et les participants virés parce qu’ils ne pouvaient suivre la cadence, j’ai tenu bon et ce fut passionnant. Vingt-et-un jours après son début, la formation prend fin et je prends congé auprès des cigales de Provence. Nous sommes maintenant dans la deuxième quinzaine d’Août, un jeudi, j’apprends par téléphone que je suis choisi pour intégrer la distribution du spectacle de la rentrée, prévu pour une centaine de représentations tout au long de la saison. Le genre de nouvelles qui font volontiers accepter de mettre fin aux vacances : Je dois être sur Paris le lundi suivant. #joie Retour dans le petit théâtre, première lecture collective de la pièce et distribution : je suis un personnage secondaire dans cette histoire mais la simple idée de porter le costume d’un personnage aussi célèbre de l’imaginaire théâtrale ne me laisse pas indifférent. Durant une pause , je fais connaissance avec mes partenaires, tous jouent dans ce théâtre depuis plusieurs saisons et je suis le petit nouveau. L’un d’eux s’étonne de la consonance de mon prénom, je lui apprends que c’est Arabe. La prononciation de ce simple mot, Arabe, fait sursauter le metteur en scène qui me mitraille instantanément de questions : Arabe d’où ? Où suis-je né ? Où sont nés mes parents ? Où ont-ils grandis ? et j’en passe. Après l’interrogatoire, l’homme décroche son téléphone portable et ordonne à quelqu’un de venir tout de suite. La lecture reprend et le metteur en scène nous fait savoir que l’attribution des rôles n’est pas définitive, qu’il a besoin de nous entendre à nouveau pour s’assurer d’avoir fait les bons choix. Un jeune homme rejoint le théâtre, visiblement surpris d’avoir été si promptement convoqué et est invité à prendre part à la lecture. Il s’agit d’un comédien du spectacle de la saison précédente qui, au vu de sa stupéfaction, n’était pas prévu pour aujourd’hui. Entre autres essais, il lui est demandé de lire les répliques de mon personnage… Fin du jour, les comédiens sont invités à rejoindre les loges sauf moi, le metteur en scène aurait quelque chose à me dire… Finalement, je ne conviens pas au rôle. Il me signe aussitôt un chèque pour me rembourser mes frais de déplacement et me souhaite « une bonne continuation ».  #OnVautMieuxQueCa

One thought on “Finalement, je ne conviens pas au rôle

Laisser un commentaire