Il est formellement interdit d’aller chercher de l’eau

Beaucoup d’entre nous le savent, il est souvent difficile de concilier études et travail, et nous sommes souvent réduits à accepter des boulots que nous n’aurions jamais dû, simplement pour pouvoir mettre un peu de côté ou partir en vacances cette année.

J’ai travaillé deux étés d’affilée dans une entreprise agroalimentaire, pour récolter des melons dans les champs. Rien qu’en deux étés, j’ai pu voir la situation au sein de l’entreprise se dégrader. Pourquoi ? Sur 5 équipes, la première année, il n’y avait déjà que 2 équipes de français, l’entreprise préférant les travailleurs étrangers que l’état décide de moins taxer. L’année d’après, aucune équipe purement française, mais uniquement des mélanges. Cela ne créée pas pour autant une mauvaise ambiance au travail mais des étudiants comme moi doivent se voir refuser un poste aussi peu « qualifié » que ça simplement parce que l’entreprise à tout intérêt à aller voir ailleurs par souci économique.

Payé évidemment au smic, nous ne connaissons nos horaires d’embauches que la veille pour le lendemain, et jamais nos horaires de débauche, si ce n’est qu’une heure avant la fin de la journée, ce qui est déjà un inconvénient majeur, ne pouvant rien planifier dans la semaine et le samedi.

Nous travaillons dans des conditions misérables, souvent par plus de 30° en extérieur, avec pour seule arme une bouteille d’eau et une casquette. L’entreprise est sensée devoir nous fournir de l’eau lorsque l’on vient à en manquer, mais la réalité est tout autre. Un seul bidon est disponible sur le tracteur, l’eau est chaude et bien souvent vide avant midi, et il est formellement interdit d’aller chercher de l’eau dans sa voiture en dehors des temps de pause. Nous sommes tous sensé disposer d’une heure de pause tous les midi, et on apprend bien trop souvent 30 minutes avant que la pause sera raccourcie à 30 minutes par soucis de rentabilité. Au diable la convention collective ou même la loi, les journées de plus de 10h sont courantes quand la demande est présente.

Des travailleurs font régulièrement des insolations, vomissent et sont obligé de prendre une pause car le travail est trop physiquement épuisant et répétitif. Bien sûr, si cela arrive trop souvent, on les vire, car ici on « a pas le temps pour les fainéants ».
Il arrive aussi parfois qu’on se fasse contrôler par le responsable de secteur, et si un travailleur a eu le malheur de mal faire son travail, c’est toute l’équipe qui se doit de refaire intégralement le champ, cadeau. Les travailleurs sont traités par les employeurs comme des machines, du bétail, des insultes fusent régulièrement parce qu’une équipe travaille mieux que la vôtre, ou que le travail doit être effectué encore et toujours plus vite, et mieux.

Environ 50% des nouveaux employés démissionnent sous les 3 jours car il est pour eux intenable de travailler dans ses conditions. Pas de problème pour l’entreprise, il y a toujours quelques autres étudiants qui ont besoin d’argent dans la région. Je n’ai même pas parlé du matériel utilisé (tracteurs, remorques, sceaux etc), aucunement aux normes. Les accidents de travail sont courants, j’en ai moi-même eu 2 l’été dernier (remorque non aux normes, j’ai eu le droit a des « cageots » mal fixés, 50kg pièce à vide, qui me sont tombés dessus. Et aussi à une ridelle de remorque qui se déplie dans le mauvais sens pendant que je bennais des sceaux, plus de 100kg de métal sont venus dire bonjour à mon épaule, et j’ai maintenant une jolie cicatrice). Évidemment, dans ce cas, l’entreprise accourt en sauveur pour s’assurer que vous ne porterez pas plainte contre eux afin que leur matériel ou que les conditions de travail ne soient pas vérifiées.

Je pense avoir à peu près fait le tour des conditions de travail, si ce n’est qu’il nous arrive parfois également de travailler pendant des heures sous la pluie sans pause, ou de faire plus de 50km par jour en voiture, non indemnisé évidemment.

Soit, ce n’est qu’un travail saisonnier, non un CDD ou un CDI, mais je trouve dégueulasse que des étudiants comme moi doivent se ruiner la santé pendant parfois plus de 10h par jour dans des conditions ridicules tout ça pour toucher un peu d’argent. Car oui, je pense qu’ #onvautmieuxqueca.

2 thoughts on “Il est formellement interdit d’aller chercher de l’eau

  1. J’ai fait les melons aussi à une époque. J’ai eu plus de chance car c’était une petite exploitation et le patron était vraiment sympa (il nous amenait à manger ou à boire, causait et finissait la journée à ramasser avec nous. À la fin on est reparti avec trois cagettes de melons^^). Mais c’est vrai que les conditions sont pas top top, paniers lourds et la chaleur et le soleil.. 10 ans après cette expérience mon dos est encore bruni tellement il a mangé.
    Bon courage

Laisser un commentaire