L’égalité pâlit face au monde du travail

Une nouvelle boutique de restauration rapide et presse dont l’ouverture à Paris était imminente a recruté en CDI une dizaine de jeunes de banlieue en majorité issus de la diversité : noirs, arabes, asiatiques à des postes de vendeurs et managers. C’était une formidable opportunité et la démonstration d’une entreprise avec un esprit d’ouverture.
Arrivés au premier jour de travail, les travaux ne sont pas terminés et on demande aux jeunes recrues d’aider. Ils y participent de bons cœurs : peinture, montage des meubles, des rayons, nettoyage, mise en place des produits, etc.
Quelques semaines plus tard, la boutique ouvre, tourne bien. La jeune équipe travaille bien. Une bonne ambiance règne. Les jeunes s’entendent bien.
Deux-trois mois plus tard, la direction commence par mettre la pression aux salariés, les poussant à démissionner (une collègue a été contrainte de signer sa lettre de démission sous les pressions et menaces dans le bureau de la direction) puis, pour les plus tenaces, à rechercher la petite bête pour les licencier.
Au final, tous ces jeunes ont été licenciés un à un et remplacés par des salariés bien blancs. Les jeunes de banlieue n’auront servi que de main d’œuvre bon marché pour les travaux et la mise en place puis jetés aux ordures comme les kilos de nourriture qu’il restait chaque soir et qu’il était interdit de donner aux personnes dans le besoin à la fermeture de la boutique.

5 thoughts on “L’égalité pâlit face au monde du travail

  1. C’est immonde, il n’y a pas d’autre mot. Personne ne devrait être traité comme un outil jetable et jeté de force comme un déchet. Car c’est ce qu’ils font, sous n’importe quel prétexte, et même parfois sans aller jusqu’à trouver un tel prétexte ; juste par la force. Ajouter à cela le gaspillage de ressources, et on est en droit de se demander : pourquoi ?

    Le monde du travail marche sur la tête en favorisant le racisme, l’indigne et le gaspillage. On vaut mieux que ça.

  2. C’est quoi le nom de l’enseigne pour être bien sur que je n’y mette jamais les pieds? N’empêche, on pense avoir affaire à des gens qui voie des êtres humains et bah non, ils ont toujours une vision ultra raciste où ils vont jusqu’à démarcher les minorités racisées pour les exploiter. L’esclavage salariale dans toute sa splendeur.

  3. Hé ben, déjà que je ne vais jamais dans les fast food alors c’est pas maintenant que je vais commencer ! Ça fait tellement mal au cœur de voir ce gâchis : jeter les gens, jeter la nourriture … Les choses n’ont vraiment plus aucun sens.

  4. Pour info, d’après la loi une lettre de démission signé sur son lieu de travail, dicté par son employeur, correspond à une démission équivoque, voire licenciement abusif donnant droit à des indemnités notamment et des recours possibles.
    Je vous mets un lien, n’étant pas juriste mais trouvant cette information capitale, et pas vraiment connue.

    1. Malheureusement je suis sûre que ces personnes ont été choisi jeunes car ne connaissant pas vraiment les droits et devoir d’un employé. C’est souvent le cas. J’en ai été victime plus jeune.

Laisser un commentaire