Quand le travail mène à la dépression

Quand un des parents d’un baby-sitting te fait des avances et que toi tu peux pas le déclarer à l’agence où tu bosses parce qu’il est pas passé par l’agence en question pour te proposer de bosser ce jour-là, ni à qui que ce soit d’autre parce que c’était pas déclaré de toute manière.

Quand tu bosses pour des actions menées par ta fac et la Mairie de X et que c’est PAS DÉCLARÉ parce que ça leur coûterait trop cher.

Quand t’es en stage à l’étranger et malade comme un chien (sans blague, tu avais une putain d’infection parasitaire) et qu’on te dit de te bouger alors que t’es en train de mourir sur place et que si t’avais été salariée, t’aurais eu un arrêt maladie pour 15 jours.

Quand on te dit que t’en fais pas assez et que ta responsable, qui est aussi ta coloc à ce moment-là, te demande d’enchaîner ta journée à aller faire des entretiens à 2h de la ville, en révisant ta présentation du lendemain UN DIMANCHE A 22H. Quand, après la soutenance de ce mémoire, et alors que tu as eu 14, on te dit qu’on s’attendait à mieux de ta part, alors que le travail que tu as fait est celui d’une chercheuse et que toi, tu es en M1. Et que l’été qui suit, tu te sens comme une grosse merde et que tu déprimes tout du long.

Quand t’es en CDD en association et que ton salaire vient pas en même temps que celui des salarié-e-s en CDI, que tu cherches à avoir la directrice plusieurs fois sans réponse, que tu envoies un mail ferme avec ta collègue en CDD pour demander à être payée et que la réponse c’est une convocation dans son bureau avec remontage de bretelles. Quand ensuite elle dit à ta pote qui t’a rencardée sur le taff que tu fais du très bon travail mais que cette attitude, c’est vraiment pas possible. ‪#‎lesalairecestoverrated‬

Quand tout ce que tu trouves dans ta branche après ton M2 c’est un service civique dans une association à plus d’une heure de chez toi. Que tu signes ton contrat avec des gens sympas mais qu’après tu te trouves à bosser seule avec un harceleur manipulateur, qui te fait taper ses mails persos, te dévalorise, te fait chialer dès ton 2ème jour et finit par te faire des avances par téléphone. Mais qui malgré tout te promet la lune en termes de réseau donc toi tu restes. Quand tu te décides à parler de la situation à ton responsable, qu’il te donne son accord pour bosser à d’autres endroits mais ne l’affirmera pas quand tu auras besoin qu’il te soutienne pour récupérer ta thune. Quand le vice-président de cette asso te pousse à porter plainte pour harcèlement pour éjecter le harceleur manipulateur. Que t’as envisagé une main courante mais t’as lâché l’affaire en voyant qu’on voulait t’embarquer dans un truc qui te dépassait largement. Quand l’asso te doit plusieurs centaines d’euros; que tu les réclames plusieurs fois à ton ex-reponsable, qu’il te répond pas et que finalement quand tu contactes l’association directement, le harceleur manipulateur, maintenant à la tête de l’asso, te répond que t’es pas allée bosser donc il voit pas pourquoi il devrait te payer le complément du service civique dû par l’asso, alors que t’es pas allée bosser au local pour éviter qu’il te harcèle. Quand l’asso te doit encore les sous d’une formation mais que tu oses pas les contacter parce que t’en as marre de te faire traiter comme une sous-merde par ces gens.

Quand cette expérience t’a fait te renfermer sur toi-même, t’as amenée à la dépression et a complètement décuplé tes angoisses et que t’as maintenant du mal à replonger dans ce charmant monde du travail.

*crédit photo de l’entête : flickr

One thought on “Quand le travail mène à la dépression

Laisser un commentaire