« C’est déjà une fleur que je vous fais en vous donnant du travail »

Je suis graphiste illustratrice, reconnue travailleur handicapé et je peux accepter uniquement les postes en télétravail, sur le papier rien de gênant pour le métier que je fais. Malheureusement la réalité est que les employeurs voient là soit une raison pour que je travaille gratuitement, soit de pas du tout me proposer de boulot par peur de pas avoir le contrôle sur ce que je fais, ce qui fait que pour l’heure je ne vis toujours pas de mon travail.

Pour la petite histoire, je terminais mes études à l’époque, un jour un potentiel client me contacte pour que je lui crée des motifs pour onglerie, il acceptait le télétravail mais au moment où j’ai parlé de contrat de travail, de devis et de salaire il m’a dit : « Vous serez payée lorsque j’aurais gagné de l’argent avec vos motifs pas avant, c’est déjà une fleur que je vous fais en vous donnant du travail. » Il était également hors de question pour lui de signer quoi que ce soit prouvant sa commande et le travail effectués.

 

4 thoughts on “« C’est déjà une fleur que je vous fais en vous donnant du travail »

  1. Malheureusement dans le monde de l’infographie, les clients prennent encore les professionnels pour des « Gratuistes ». Et encore, celui-là t’as pas proposé de te rémunérer en pub (même si en gros tu te faisais pas payer du tout pour le coup) . Perso je connais pas cette étrange monnaie que proposent ces clients, mais la supérette du coin ou le proprio l’acceptent pas, étrangement

  2. Oui, c’est typique du métier de graphiste, pire pour l’illustration, je le sais j’en suis un (de graphiste).
    C’est un métier ou l’apprentissage (long, plusieurs années) ne comporte pas de partie dédiée au commerce, à la vente, aux contrats, aux droits (auteur et autres) ainsi que tous les outils qui permettent de se défendre, et d’exercer son métier dans les règles.

    Quand on fait ce métier c’est souvent par passion et on met le paquet sur la créativité, la sensibilité, la technique, la culture.
    La partie administrative est mise de coté….

    Graphistes, créatifs, débutants ou confirmés, vous pouvez partager, et vous renseigner sur les droits, et devoirs de la profession sur le forum kobone par exemple, qui est très bien fourni en expérience de ce type et autre.

  3. Je suis graphiste aussi mais par loisir, vu comment on nous traite je ne préfère pas me dégoûter de ma passion en tentant de la mélanger avec le monde du travail. J’ai des compétence, un peu d’expérience, mais je n’ai que 21 ans et ce monde me paraît déjà tellement ignoble ..

    1. Photographe de passion, j’ai essayé de le mêler au monde du travail. Je fait actuellement une dépression. J’ai abandonner la photo tant les souvenirs que cela fait ressurgir font mal. Maintenant, je ne suis qu’un fumeur collé devant sa console toute la journée à attendre que tout le monde en ai suffisamment marre de moi pour pouvoir me foutre en l’air sans gêner trop de monde. J’ai 22 ans, et ma vie est une prison.
      J’espère que tu n’en arriveras jamais là. Bonne chance pour la suite.
      Merci pour le témoignage et bon courage à tous.

Laisser un commentaire