Le Pôle Emploi m’a cassée.

Je suis intermittente. J’ai suivi en 2014 une formation d’art thérapie.

Avant le début de ma formation, je vais me présenter au Pôle Emploi en septembre 2013. On me reçoit en me disant que le Pole Emploi ne finançait pas cette formation (ce qui, je l’apprendrai plus tard, est totalement faux).
Je demande alors s’il faut que je déclare tous les mois mes jours de formation. On me répond que non car, ne me subventionnant pas, cela ne les regardait plus. Je fais donc ce qu’on me dit.

Janvier 2015, fin de ma formation. Je me déclare en auto-entreprise pour proposer des ateliers d’art thérapie et je fais une demande de RSA activité afin de m’aider avant que mon chiffre d’affaire me permette de vivre.
Pour obtenir le RSA, je dois présenter une attestation de fin de droits délivrée par le Pôle Emploi. Je les lance et relance et re-relance pour avoir l’attestation. Rien. Une personne du PE Spectacle me dit un jour qu’il faut que je fasse une demande d’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique). N’ayant pas travaillé 5 ans, je rappelle en disant que je n’y ai pas droit. On me répond alors qu’il faut tout de même faire cette demande pour qu’elle soit rejetée pour que l’on me donne enfin cette fameuse attestation de fin de droits… Logique donc. Attestation qui aurait dû m’être envoyée automatiquement à la fin de mon intermittence.

Ces démarches durent 3 mois, de décembre à février 2015, période durant laquelle je ne vie qu’avec seulement 300€/mois d’APL et le peu d’argent que je gagne avec mes ateliers. Car sans ce papier de refus du Pôle Emploi, ma demande de RSA ne peut pas se finalisée…

Première vague de crises d’angoisses…

Le 26 février 2015, je vais sur mon compte PE pour voir s’il y a du nouveau et je vois qu’en date du 19 février, on me demande de rembourser la somme de 9 579,57 €.

Crise d’angoisse et de spasmophilie.

J’appelle, paniquée. On ne peut me justifier ni le pourquoi du comment, ni cette somme.

Je reçois cependant dans la foulée la réactualisation de mon intermittence jusqu’en septembre 2015… Je précise encore que je n’ai pas fait assez de cachets pour prétendre à l’intermittence.

Incompréhension totale.

On me rappelle et on me donne un RDV pour le 5 mars afin de m’expliquer tout ceci. Je rédige entre temps une lettre de recours que j’envoie à mon PE, avec AR. Sur mon coupon retour, je vois que c’est un autre Pôle Emploi (dans le 19ème) qui a accusé réception de ma lettre… Je ne reçus aucune réponse.

Le 5 Mars, durant l’entretien, la conseillère me dit qu’étant en formation, j’aurai du faire une demande d’AISF avant le début. Parce que je ne l’ai pas faite, je dois rembourser mon année d’intermittence, et que ce que je touche actuellement, c’est ce que j’aurai du toucher après ma formation si j’avais fait cette demande (vous me suivez toujours?) :

Donc, d’un côté on me demande, de l’autre on me redonne.

La « conseillère » me souligne qu’aucun recours n’est possible. Je lui réponds alors que personne du PE quand j’y étais allée ne m’avait parlé de cette démarche, que je ne pouvais pas deviner. Je lui demande de me présenter le document qui parle de cet AISF. La conseillère cherche alors et ne tombe jamais sur le document. Je souligne que si elle même ne peut le trouver, comment une personne ne travaillant pas au PE le pouvait… Je dis également que je trouve injuste que je doive payer pour une erreur de leur part. La personne me répondit que c’est comme ça et que le PE est dans son droit.

Ensuite, on me demande de rembourser un trop perçu de 11 238,37€, 1 658,80€ ayant été ajouté suite à l’entretien. Sans lettre. Sans explication. Personne du PE ne m’explique le pourquoi de cette augmentation. Pire, on me dit que ça ne me regarde pas !

Le soir du 10 mars, je retourne sur mon compte PE, je demande un avis de situation, afin de faire le bilan. Je télécharge le papier me disant que je ne suis actuellement pas indemnisée… Vous me suivez toujours ?

Je me suis alors tournée vers le Défenseur des Droits de ma ville qui a pris le temps de m’écouter et qui a monté mon dossier. En une semaine, c’était réglé. Je n’ai reçu aucune excuse du PE.

2 mois d’angoisses, de larmes, de crises de nerfs, d’envie de suicide, d’insomnies. Le PE m’a bousillé la santé. Cela fait 1 an et en écrivant, j’en pleure encore.
Aujourd’hui, je ne reçois pas une lettre du PE ou de la CAF sans avoir des angoisses.

Le Pole Emploi m’a cassé.

23 thoughts on “Le Pôle Emploi m’a cassée.

  1. Cela me touche de constaté à qu’elle point notre société nous rend malade !
    Je comprend ce que vous ressentez, j’ai eu un cas similaire . . .
    Quant est il de cette affaire ? vous êtes sortie d’affaire ?
    Courage !

  2. PE de merde, j’y suis resté très peu de temps et ils ont réussi à me rendre dingue. J’ai choisi de ne pas y être inscrite tant que je ne travaille pas, de toute façon ça ne me rapportais rien d’autre que des ennuis. Je trouve ça malheureux qu’on ai pas le choix d’aller voir ailleurs.

  3. Je te comprends… moi je suis au chomage depuis decembre 2015. Le pole emploi a fait une erreur dans les calcules et n’a pas pris ma fiche de paie de decembre pour faire les calcules. Je les ai signalé et il ont dit qu’ils allaient faire la correction.

    En janvier je reçois un papier comme quoi ils ont recalculé mes droits et….je vais toucher 5,00 en MOINS par jour. GRRRr

    Je retourne les voir. Ils s’excusent. Recalculent mes droits. Mi mars je reçoit un virement pour ratrapper l’erreur de janvier et fevrier. Fin mars je reçoit un appel du pole emploi en disant que j’ai déclaré avoir travaillé en mars (????) et je les doit la somme qu’ils m’ont viré mi-mars. J’essaye d’expliquer que c’est faux, je n’ai pas travaillé, cet argent m’est dû et d’ailleur j’ai le document de déclaration ou clairement c’est marqué que je NAI PAS TRAVAILLE.

    Bref. Pour le moment il paraît que tout va bien, mais je comprends tout à fait que vous avez peur à chaque lettre du PE… je ressent le même.

    Contete de savoir que tout s’est résolu.

    Courage

  4. juste pour info… il faut savoir que grâce au combat d’une intermittente justement, depuis 2012, toute administration a l’obligation de fournir les documents nécessaires à l’obtention d’un droit. Autrement dit, les approximations, manques de clarté de tes interlocuteurs sont condamnables. Evidemment, on abuse souvent de l’honnêteté et du respect des allocataires comme toi. Et ne jamais se satisfaire de « on dit ». Que ces gens écrivent un peu ce qu’ils annoncent et l’envoient par courrier ou courriel.
    courage

  5. Je n’ai jamais eu de problème d’indemnités (je touche du bois), mon cas est plutôt simple (et oui il ne faut pas trop leur compliquer leur petite vie, sinon ils buguent rapidement!). Mais j’ai eu une très mauvaise expérience qui aurait pu mal finir si je n’avais pas été entourée par ma famille.
    ma situation était déjà très lourde à gérer psychologiquement : je pensais être titularisée sur le poste que j’occupais sauf que ça n’a pas été le cas, au contraire, je me suis faite humiliée par mon boss. Après avoir pleuré toutes les larmes de mon corps pendant des semaines, je décide de ne pas renouveler ce contrat, mais signe un autre contrat avec un autre employeur pour un mi-temps. Je m’étais bien renseignée au près de pôle emploi si je pouvais prétendre à ds indemnités pour compenser ce manque à gagner. Deux conseillers ont affirmé que j’avais le droit aux allocations et que pour cela je devais m’inscrire. Sauf qu’à l’inscription on a deux options : non je ne travaille pas (ce qui ouvre le dossier), oui je travaille actuellement (ce qui ferme directement la page et n’offre aucune possibilité d’inscription)…je bidouille tout de même pour m’inscrire. BINGO, j’obtiens mon rendez-vous! Une greluche me reçoit et d’emblée, me demande de falsifier mon dossier car « elle ne peut pas m’enregistrer dans son logiciel » puisque j’ai déjà signé un contrat. Je lui réponds avec la voix cassée que je ne veux pas mentir sur mon dossier et lui explique que j’ai fait ce que m’ont dit de faire deux de ses collègues. Elle s’obstine en me disant qu’elle ne peut pas m’enregistrer, qu’on est déjà 3 millions de chômeurs et qu’ils ne peuvent pas se permettre d’inscrire des personnes qui ont du travail. Les larmes aux yeux je lui rétorque que ce n’est qu’un mi-temps, que je ne peux pas vivre avec ça et que j’ai le droit aux indemnités. Pour elle, ce n’est pas son problème. Bref, sur mon insistance, elle bidouille mon dossier pour m’inscrire. Et là…c’est une cascade de bêtises et de non-sens qu’elle débite à la minute….je lui signale que je suis diplômée en ressources humaines et que ce qu’elle dit est faux. Elle me prend de haut n’en fait qu’à sa tête. A la fin de cette entretien, démoralisée, la boule au ventre et dans la gorge, je lui sers la main pour lui dire au revoir à quoi elle rétorque « le domaine administratif est un domaine sinistré dans cette région, vous n’aurez pas beaucoup de chances… ». Je suis partie de là encore plus humiliée que je ne l’étais et en pleures…

  6. En 2009 je me suis retrouvée à PE suite à une rupture conventionnelle (qui en était à ses débuts), j’avais décidé de créer mon entreprise car après avoir fait mes calculs j’avais droit à l’ACCRE. J’avais un bébé de quelques mois seulement. Après m’être inscrite, ils n’arrêtaient pas de me renvoyer mon dossier d’inscription, en m’expliquant que celui-ci n’était pas complet, mais sans aucune explication. Moi je ne comprenais pas pourquoi : ils avaient l’attestation ASSEDIC, le certificat de fin de travail, mon solde de tout compte… ils me disaient que je n’avais pas de preuve que j’tais salariée de l’entreprise. Du coup, j’avais rajouté toutes mes fiches de payes, mon contrat de travail ainsi que TOUS les papiers que j’avais en ma possession qui prouvait un lien de subordination avec cette entreprise (avec entre autre des papiers qui ne les regardaient pas). Après 4 mois, sans indemnités à aller tous les 3 jours à mon PE, je n’arrivais pas avoir d’explications. Pas de salaires, pas d’APL -…. rien… et un bébé à nourrir!
    Au final après un scandal en plein mois d’aout à mon PE, j’ai eu l’explication : LA SIGNATURE DU RESPONSABLE DE PARIS (j’habite Grenoble hein!) n’était pas conforme. Pour eux, ce n’était pas une signature! J’ai cru que j’allais emplâtrer la nana contre le mur! cela faisait 4 mois que je n’avais RIEN tout ça parce qu’une connasse (parce que ça en était une!) avait décidé qu’une signature n’était pas une signature! J’ai pété un SCANDALE mémorable dans le bureau pour savoir qui elle était pour décider de cela et qu’en France on avait le droit de signer d’une croix! A la suite de cela elle a fini par valider mon dossier, et j’ai pu enfin toucher mes droits… mais ce fut laborieux! Ma petite victoire? Avoir été applaudie et soutenue par d’autres demandeurs d’emplois quand j’ai crisé! Bon courage à tous ceux qui se bataillent chaque jour contre eux!

  7. Je comprends votre problème. Moi-même ayant été au chômage, j’ai eu à souffrir de ces problèmes.

    Néanmoins il faut garder à l’esprit qu’une telle mauvaise gestion d’entreprise n’est pas la faute des salariés mais des gouvernements successifs pour qui nous avons votés (ou non) ces dernières décennies. Pôle Emploi n’est plus une entreprise privée depuis quelques années déjà. Quel intérêt aurait-elle de faire un travail décent ? A part toucher les subventions pour un service minimum ?

  8. Bonjour,

    Le Pole emploi ne m’a jamais prévenue qu’un statut d’autoentrepreneur même sans aucun chiffre d’affaire était calculé comme un cumul de travail et que je passais de 24 à 15 mois de chômage. Arrivée à la fin des 15 mois ils ont continué à me payer alors que une fois de plus si j’avais eu des informations j’aurais fermé mon auto-entreprise dont je ne me servais pas et aujourdh’ui il me réclame le trop perçu, je dois payer 84€ par mois alors que je suis à l’ASS. J’ai eu la chance qu’au 19ème mois une loi apparaissent pour annuler cette histoire de cumul sinon il me réclamaient 9 mois d’indemnités !
    J’ai essayer de leur faire comprendre que s’ils ne s’étaient pas planté, pendant ces mois là j’aurais touché l’ASS ou le RSA et que je ne vois pas pourquoi ce n’est pas juste la différence que je paie mais ils s’en foutent.
    J’ai contacté l’URSSAF pour voir si je peux fermer ma boite rétroactivement mais ils ne me répondent pas. Pour le RSA il aurait de toute façon fallut que je m’y prenne dans l’année or le PE ne m’a demandé le trop perçu qu’un an plus tard …
    Je deviens folle à chacun de leur courrier.
    Est-ce qu’il serait possible que vous m’en disiez plus sur le recours que vous avez réussi à faire ?

  9. c’est exactement pour ça que tout va bien en France…
    L’incompétence de certaines personnes brisent des vies…C’est inadmissible…
    Je suis heureuse pour vous que cela ce soit arrangé mais malheureusement ce n’est pas le cas pour tout le monde!!
    Quand je vois que pour travailler à PE il faut BAC+2, j’ai des doutes quand même…

  10. J’ai eu la même chose avec la CAF( il voulait que je rembourse 3 ans RSA à cause d’une erreur d’une assistante sociale) et j’ai du me battre pendant 2 ans avec des crises de stress.Si ma famille n’avait pas là je pense que je serais plus là.Malheureusement, j’ai appris à mes dépends que la CAF est souvenir dans ces décisions.Bon courage et regarder si votre conseil général peut pas vous aider.
    Bon courage

  11. Hélas, les employés de P. E ne sont plus maintenant que des marionnettes de l’État missionnés pour faire baisser les chiffres du chômage coûte que coûte, ils n’accompagnent plus les gens dans leurs difficultés, ils s’en foutent…

  12. moi je suis atteinte d une maladie chronique en rémission , au premier entretien , alors que mon état de santé va bien , je lui demande si c’est possible de bénéficier d une réorientation professionnelle pour aller dans un secteur ou on embauche: à savoir la pâtisserie, je ne sais pas comment on est arrivé a parler de ma santé, mais dès qu elle a su, elle a dit « laissez tomber , vous n’arriverez à rien , inscrivez-vous a la mdph chez les handicapés » ( avec un air detaché voir limite méprisant….) pour avoir une indemnité!!!!!!!!! j en ai pleuré , elle m a enguelé …….. vive la france. vous essayez de vous en sortir, on vous rabaisse , vous humilie et en plus on vous engueule……

  13. C’est vrai que c’est lamentable de voir le nombre de conneries qui peuvent arriver aux gens à partir du moment où ils mettent les pieds dans un PE.

    Ca me rappelle les deux années où j’ai travaillé en imprimerie en contrats à la journée. Afin d’améliorer ma situation qui était un peu bancale, inscription au PE et direction la CAF. C’est là que je me suis rendu compte que pour le PE, j’avais le statut de travailleur (grosso merdo, contrats tous les jours, donc une activité « stable »), alors que pour la CAF, je signais un contrat tous les jours, certes, mais cela signifiait donc qu’après chaque journée de travail, je me retrouvais chômeur. Deux statuts différents dans des organismes gérés par l’état…

    Après ça, on nous parle des chiffres du chômage… Faut voir comment il est calculé aussi…

    Quand j’ai quitté cette entreprise pour déménager vers une autre région, mon PE me demandait de leur envoyer mes contrats. Comme je leur disais, j’en avais des centaines des contrats. « Non monsieur, c’est impossible que vous ayez autant de contrats, ce n’est pas autorisé par la loi », « et pourtant madame, si je vous le dit c’est que c’est vrai ». Attestations employeurs à l’appui, j’ai quand même réussi à le leur démontrer.

    Je ne suis pas là pour jeter la pierre aux fonctionnaires du PE, j’imagine bien qu’ils ne font que suivre les consignes qu’on leur donne, mais accablés par de trop nombreuses responsabilités, et face au nombre de chômeurs qui n’arrête pas d’augmenter. On arrive à un organisme inefficace.

  14. Putain, je te comprends tellement… PE avait grave merdé aussi sur mon dossier, ils me demandaient des sommes à rembourser (moins que toi, c’était 600 euros, je crois, mais ça restait beaucoup pour moi), en me parlant de trop perçus ou d’erreurs de déclaration de ma part, alors que quand j’ai réussi à avoir un rendez-vous, ils ont été incapables de m’expliquer pourquoi je devais ces sommes. La dame qui s’occupait de moi arrêtait pas de penser avoir compris et me donnait une explication, et à chaque fois, je lui montrais que son explication était fausse, et ainsi de suite. Elle a fini par me renvoyer chez moi après presque 2h de rendez-vous à se prendre la tête en me disant qu’elle s’occupait personnellement de moi, et j’ai reçu un coup de fil 2 jours après me disant que mon dossier était mis à jour et que je ne devais plus rien… Allez savoir s’ils ont trouvé la vérité ou juste si dans le doute, ils ont effacé le bordel ne sachant pas le comprendre eux-même… Toujours est-il que j’ai moi aussi stressé tous les mois depuis, dès que je m’actualisais et je j’ai croisé les doigts pour ne pas recevoir de courrier à ma désinscription… PE est une vraie grosse source de stress et de pression pour les gens qui cherchent du travail !

  15. il faudrait contacter des journalistes presse et tv et –ils (PE) ne devraient pas aimer un article/reportage sur eux à ce sujet…..

  16. J’ai reçu un courrier en août 2015 me réclamant près de 8000 de trop perçu.

    Au jour d’aujourd’hui, je ne suis plus inscrite chez eux mais toujours à la recherche d’un emploi.
    Je n’ai toujours pas d’explication sur la-dite somme, le médiateur Pôle Emploi m’a refusé la médiation, j’ai reçu des courriers à répétition et un avis de mise en demeure… J’ai beau essayer de deviner le pourquoi du comment, je ne comprends pas et du coup les insomnies et les crises d’angoisses sont devenues mon quotidien, et j’ai peur d’aller ouvrir ma boîte aux lettres.

    Alors moi aussi, Pole Emploi m’a cassé.
    (mais la bonne résolution de votre cas me donne un peu d’espoir)

    1. Pôle Emploi doit vous dire d’ou vient ce trop perçu et vous avez le droit de demander des explications et de contester.
      Si vous vous êtes toujours actualisée dans les temps et avez fait des déclarations correctes et exactes il n’y a pas de raison qu’il y ait un trop perçu.
      Envoyez un courrier en recommandé avec AR au directeur de votre Pôle Emploi pour demander des explications et contester.
      Sinon contacter le site « Recours radiation » pour des conseils. Sont très efficaces.

  17. J’ai moi aussi été régulièrement confrontée aux excès de zèle et à l’incompétence de Pôle Emploi (et, à une autre époque plus lointaine, de la CAF). A un point tel que j’ai décidé de faire tout mon possible pour me passer de leurs « sévices » lorsque je suis sans emploi.
    Cela n’est pas toujours simple car il me faut être très prudente financièrement lorsque je suis sous contrat, je sais aussi que je perds mes points retraite, mais bon sang, qu’est-ce que je respire ! De toute façon, non seulement ils m’en faisaient voir des vertes et des pas mûres à chaque ré-inscription mais ils ne m’ont jamais aidée à décrocher le moindre petit boulot… Alors à quoi bon supporter tout ça si je pouvais – ce qui n’est certes pas le cas de toute le monde, j’en conviens – m’organiser sans eux ?

    Mon cas n’est pas unique : nous sommes en effet de plus en plus nombreux à préférer nous débrouiller seuls sans toutefois que cela soit normal puisque nous cotisons à une assurance chômage lorsque nous sommes salariés…

  18. Le droit n’est plus appliqué dans le pays par les fonctionnaires et autres (juges, notaires, vendeurs…………) Si par hasard vous avez un jugement à votre bénéfice suite escroquerie, dit ‘exécutoire’ au nom du peuple français par toutes les autorités, les gendarmes vous riront presque au nez et vous paierez un huissier pour nada qui n’ira pas chercher l’infracteur et tentera aussi de davantage vous escroquer. Bref du non droit et de la déraison et de l’arrogance et de la rétroactivité tous azimuts. les fonctionnaires sont récompensés pour obéir à n’importe quoi pas à faire leur métier. En bref les anciens sont décontenancés et écoeurés, les jeunes rendus malades sauf s’ils sont aussi ripoux que les précédents. l’ammoralité est rémunérée, l’intelligence ou la compétence réprimée. Ainsi le budget de l’état se trouve au rouge écarlate et on fait payer qui on peut en tapant n’importe comment.
    Sans confiance dans un pays rien se fait et la confiance n’est plus aujourdhui. Pole emploi ne m’a jamais aidée non plus, au contraire!!! ni même indemnisée car je dépendrais de l’ancien employeur public qui a signé la reglementation chomage mais ne veut pas l’appliquer comme il n’a pas voulou appliquer la loi, cela se retrouvant malheureusement de plus en plus dans les administrations. Une dictature écoeurante et dite molle force de contradictions, d’impôts contre du non droit, privilégiatures, passe droits, et alloc tous azimuts plus faciles pour les émigrants ou les hommes à gros biscotos prompts à frapper. cela n’ira pas mieux avec ce que l’on nous présente d’umps et assimilés qui cumulent mandats, retraites, prétentions, contradictions, mensonges, copains copains et font partie d’occultes réseaux hypocrites non maçon. Le pays ici est devenu un pays de non droits, à taxes ajoutées pour rémunérer les pires c…. Même l’informatique est devenu un outil détourné pour vous faire bosser à la place des autres sans vous payer, et vous piéger en vous fichant tous azimourage pour publicités, fraudes etc…. Courage fuyons car les gens honnêtes et de bonne composition ici ne sont pas gagnants

Laisser un commentaire