Précarité, sexisme et avenir incertain

Faire des boulots de merde depuis des années la nuit, les week-ends et les vacances pour financer ses études et se faire recaler pour faire la plonge un mois l’été dans un restau car il faut un an et demi d’expérience et tu n’en as que 6 mois sur ce poste…

Quand on voit sur ton CV que tu as fait un boulot de « femme polyvalente », et qu’on te regarde avec un grand sourire pervers et un clin d’œil en te disant: « On se demande bien ce vous avez fait ! »

Faire un boulot saisonnier et ne pas avoir de prime de précarité car les boulots saisonniers n’y donnent pas droit alors que généralement, quand tu fais un boulot saisonnier, c’est justement car tu es dans une situation précaire.

Quand on te dit: « il faut mettre une photo sur votre CV comme ça vous avez plus de chance d’être prise vu que vous êtes jolie » et que 1. c’est de la discrimination 2. tu as envie d’être embauchée pour tes capacités, pas pour ton physique (quand je dis ça on me répond: « Tu as de la chance d’être une femme ! Profites-en !« …)

Quand mon copain a eu des CDD d’un jour pendant trois semaines car ils n’étaient pas sûrs d’avoir besoin de lui…
Quand mon copain n’a pas eu de formation et qu’à la fin on l’a remercié en ne le renouvelant pas car il ne faisait pas le travail aussi efficacement que la personne qui était là avant lui depuis plus de 10 ans…
Quand on ne lui a payé que la moitié de ses heures sup’ et qu’il a reçu des lettres pendant plusieurs mois disant qu’il devait rembourser car c’était une erreur de virement.
Quand tu bosses pour la mairie, que tu es déjà payé la fin du mois d’après (car c’est comme ça dans le secteur public) et qu’à la fin de ce mois, ils oublient et te disent : « Désolé, on vous le fera dans un mois ! »

Tout ça pour ne pas savoir si on trouvera un boulot après notre M2, car ceux qui en sortent enchainent des stages pendant des mois, en étant payé le moins possible alors qu’ils font un boulot de spécialiste et qu’ils comptent pas leurs heures…

Tout ça pour entendre que si on est pas content, on n’a qu’à faire autrement…

Laisser un commentaire