Je suis éducatrice spécialisée

 Je suis éducatrice spécialisée, je suis employée par une association. J’accompagne des enfants, adolescents et jeunes adultes en situation de handicap mental afin de favoriser leur insertion sociale, scolaire et professionnel. Je travaille aussi en lien étroit avec leurs familles, leurs écoles, leurs orthophonistes.
Depuis lan dernier, notre directrice a répondu a un appel d’offre pour accueillir plus de jeunes, avec des handicaps plus spécifiques. Plus ça va, plus on nous demande de faire plus de suivis, plus de routes, plus décrits, plus de réunion… Tout ça sans que les moyens évoluent vraiment… Le portefeuille de notre directrice grossit, le notre reste quasiment le même. Et quand on fait part de nos difficultés et besoins, on nous parle comme à des imbéciles capricieux. Nous avons de grosses difficultés a communiquer avec notre direction. Plusieurs fois, des décisions ont été prises de façon arbitraire, puis changées de façon tout aussi arbitraire. Notre cadre de travail est insécurisant. Je passe 35h/semaine au travail (ou plutôt 38 puisque je dois souvent faire des heures supp, non payées et rattrapées quand la direction le veut bien), je m’investit a fond parce que j’aime mon boulot, je passe ensuite une partie de mon temps libre a me reposer de la fatigue due a mon travail. Et mon salaire me permet juste de payer mes charges et faire de temps en temps une petite sortie. Cette semaine, trop de pression au boulot, difficultés a gérer émotionnellement, j’ai du m’arrêter, je n’en pouvait plus. Et pour 1 semaine d’arrêt, trois jours de carences, trois jours où je ne serai pas payée. C’est raide. J’aime mon travail, je l’ai choisi. Mais quand je vois les conditions de mon travail, puis ce que je gagne comparé au coût de la vie, et comparé a ce que gagne mes supérieurs (on multiplie par 5),  je me dis vraiment que je vaux mieux que ça.

Je rêve d’un travail où je suis utile a la société, ou je communique de façon harmonieuse avec ma hiérarchie, où on me donne les vrais moyens de faire ce qu’on me demande. Un travail où les relations sont riches, où l’on apprend les uns des autres. Un travail qui favorise l’épanouissement. Un travail qui m’offre aussi les moyens d’avoir suffisamment d’argent et d’énergie pour subvenir a mes besoins, et pour vivre, découvrir, être disponible et prendre soin de ceux que j’aime. Un travail qui a un sens, une utilité pour autrui, pour la société, mais aussi pour moi et ma famille, un travail juste.

#onvautmieuxqueca
E.M., île de la Réunion

2 thoughts on “Je suis éducatrice spécialisée

  1. je suis du « même bord » et je reconnais bien là mes problèmes (je travaille en MECS)..un véritable enfer actuellement avec des situations de plus en plus complexes à gérer, la violence, le sous effectif..l’épuisement nous guette tous
    cette folie du prix de journée à tout saccager et mettre à la direction de ces établissements des gestionnaires qui ne connaissent rien au travail social est une absurdité sans nom..
    lorsque j’en discute avec mes collègues (coincés également car pas de travail ailleurs) ils sont tous conscients du fait que nous nous « exposons » dangereusement maintenant en accueillant des personnes qui ne relèvent pas de notre établissement sous le prétexte que la psychiatrie est saturée..
    dans les années à venir il risque d’y avoir de plus en plus d’éducateurs en danger.. pas d’autre mot pour décrire ce qu’il se passe

  2. Je suis ou plutôt j’étais assistante sociale, car à présent je suis travailleur sociale, Un travail que j’ai chois avec enthousiasme, il y a 30 ans, N’ayant pas trouvé d’article sur cette « ancienne profession, je mets mon message à la suite des vôtres, J’ai travaillé au « handicap et polyhandicap, en psychiatrie adulte cmp et hôpital, avec les personnes âgées, ,,, Mais depuis quelques temps je ne suis plus que travailleur social, pourquoi pas, bien que chacun ait sa spécificité, D’ici quelques mois on « mutualise », « meilleur gestion, moins de personnel,on fait tout personnes âgées et handicap , et pourquoi pas l’AEMO judiciaire, l’hôpital général, le SAMU social, en même temps bien sur, Cela permet moins d’emploi dans l’association, une « meilleure gestion du temps », tout sur l’ordi, 12 par bureau, des heures sup non payées et négociées avec le chef,, Les procédures de + en + compliquées, Tout doit passer par le chef 1 qui passera au chef 2 puis aux bureau, aux décideurs, j’en passe sûrement, Des réunions et encore au cas où on ne serait pas capable de faire notre travail (d’ailleurs, moins de temps pour les gens à aider), Et pas question de dire ce que l’on en pense car la réponse fuse plus vite que la vitesse lumière : tu peux changer de travail ! Tout ça pour 1900euros/mois, Ca fait plaisir ! Je ne prends plus de stagiaire pour nepas les démotivés, carmoi, par contre…., Et j’ai décidé d’appliquer les procédures,les plus idiotes, des « décideurs » les plus intelligent, strictement à la lettre, Pour rire ! Enfin chaque mois, je me dis, chouette, plus que … tant avant la retraite !

Laisser un commentaire