Tu signes parce qu’il faut bien payer les factures et avoir de quoi manger dans ton assiette.

Moi c’est Y. Suite à des études scientifiques, j’obtiens un diplôme en physique appliquée à l’University of Northumbria à Newcastle-upon-Tyne dans les année 90 dans le cadre d’échanges européen ERASMUS.

Je rentre en France et souhaite poursuivre mes études … première claque dans la gueule !!!
comment vous dire là jeune homme juste une semaine avant le début des cours et bien pan : nous sommes au regret de vous faire savoir que nous ne reconnaissons pas votre diplôme anglais …
sympa l’Europe, sympa la France …
Alors ben tu files à l’armée puisque t’a pas le choix, puis tu te retrouves à la sortie au chômage.
C’est 1996, le creux de la vague sur le marché de l’emploi.

350 lettres de motivation et de CV envoyés en 4 mois.
10% de réponses toutes négatives.

Quand tu as 24 piges dans une ville où tu connais quasi personne et pas beaucoup de moyens … pas folichon
puis tu reçois une lettre d’une des boites qui t’avais dit pas de job mais on garde vos coordonnées.

Tu vas à l’entretien et on te propose un poste en deçà de ton niveau de diplôme, et oui comment profiter des jeunes, et on te fait miroiter qu’il y a de l’évolution possible, qu’en faisant tes preuves tu vas pouvoir monter et que c’est super ton niveau d’anglais pour tout ça …
bref tu signes parce qu’il faut bien payer les factures et avoir de quoi manger dans ton assiette.

Et te voilà lancé dans la vraie vie active. On te demande de faire des tâches qui ne sont pas dans ta description de poste et pour lesquelles tu n’est pas payé en conséquence, ben non, rappelle toi tu dois faire tes preuves puisque ton diplôme c’est pas une grande école d’ingénieur bien française …

En fin d’année tu as le traditionnel entretien d’évaluation en tête à tête avec ton chef … t’as l’impression à chaque fois que tu repasses un entretien d’embauche !!!
tu dois justifier de ton travail par rapport à tes objectifs, t’as juste l’impression de devoir quémander alors que tu a atteins tes objectifs et tu n’ose pas trop discuter des nouveaux qui te sont donnés en espérant que cette année encore on va enfin reconnaître la qualité de ton travail …
que néni, tu n’obtiens que quelques miettes, ben oui ton chef il a pu se faire mousser auprès du directeur de division grâce à tous les beaux résultats de son équipe et s’en mettre bien pleins les fouilles …

Alors au début tu dis trop rien car tu ne comprends pas encore comment ça fonctionne. Et puis on te donne du job plus intéressant avec plus de responsabilités … mais toujours pas la paye en conséquence !!! toujours ce jeu débile de la carotte et du bâton !!!

Et puis un jour ça dépasse les bornes, tu as mené à bien un super projet, respecté les délais, les budgets, le cahier des charges, tu a même réussi à ce que ça soit mieux que ce qui était souhaité.
Tu te dis bon cette fois c’est sur tu vas enfin avoir la reconnaissance de ton travail.
Et bien que néni encore.

Alors tu dis quelques vérités à ton chef et là du jour au lendemain tu deviens un casse pied, qui n’est jamais content, qui bosse mal, … que d’hypocrisie !!!  et tu finis à 33 piges dans un placard !!!

Le service est réorganisé, on en profite pour te changer de poste en te faisant croire que tu vas avoir un super poste avec du job super intéressant et hop sans crier gare, et tu découvres très vite que c’est un faux poste puisqu’on ne te donne pas de boulot du tout.
Tu vas demander des explications et on te dis ne t’inquiète pas, il faut que ça se mette en place la nouvelle organisation. Il faut que les commerciaux comprennent ce qu’ils doivent prospecter et rapporter comme affaire. Ça va bien se passer. Patience.
Alors 3 mois plus tard pas beaucoup de changement et tu te dis là il faut faire quelque chose.

Tu te mets à chercher du job ailleurs. Tu as un super CV, fidélité à une entreprise sur près de 10 ans, plusieurs postes différents dans cette période avec sur le papier une belle progression même si elle ne s’est pas vraiment senti dans ton assiette …

Et tu décroches des entretiens. On t’envoie ensuite auprès de cabinets de recrutements, tu passes des tests, on te convoque de nouveau pour un troisième entretien, … et puis on te fait comprendre que tu es déjà un peu trop âgé, ou que tu n’as pas un diplôme français, voire même que la couleur de ta chemise n’est pas politiquement correcte dans cette entreprise !!!
bref tu hallucines sur les faux arguments et d’un autre côté toujours pas assez de job à faire pour t’occuper à temps plein dans ton job actuel …

L’ennui il n’y a rien de plus terrible. Faire acte de présence juste pour faire acte de présence … un bel harcèlement moral bien insidieux …
tu fini par péter un plomb et tu te prends 3 mois d’arrêt pour début de déprime.

Tu respires, tu te remonte petit à petit, tu réfléchis, fais un bilan de compétence. Tu reviens et tu commences une formation en parallèle du boulot.

On te change de chef, c’est un nouveau qui arrive.
Tu lui expliques ce qui s’est passé, le contexte dans lequel tu te trouves et du coup aussi ton projet pour  ton futur.
Il te dit ok qu’il comprend et qu’il va voir comment on peut faire. Tu demandes un temps partiel et tu passe à 80%. C’est déjà ça.

Puis toujours pas assez de boulot même pour un 80% mais tu bâtis toujours ton projet en parallèle. Alors ça te tiens, tu as de nouveau de l’énergie. Tu t’investis de plus en plus dans ta reconversion et tu demandes à passer à mi-temps afin de pouvoir continuer à lancer ton activité.

On te refuse le 50% … tu te dis bon là ça continue.
On te donne pas assez de boulot et on te refuse un passage à mi-temps. Ça redeviens du harcèlement moral.

Tu le fais remarquer à ton entretien annuel à ton chef qui est entre le marteau et l’enclume et qui en est conscient mais qui peut pas trop l’ouvrir de son côté car il doit payer sa pension alimentaire pour ses enfants … et que si il l’ouvre de trop ben il sait comment ça fonctionne puisqu’il a ton exemple juste sous les yeux …

Alors bon tu regardes tes modestes économies, tu te dis aller je vais prendre une année sabbatique car c’est jouable et on verra alors par la suite.

Bon c’est accordé. Tu sors du schéma et tu apprends quelques temps plus tard par des collègues que tu as été remplacé par quelqu’un à mi-temps !!! La cerise sur le gâteau, la classe de la classe en management !!! ils sont vraiment très fort.

Incroyable non ? J’ai donc rappelé mon chef en lui disant que tout de même là c’était abusé. Il m’a dit qu’il était plus que d’accord avec moi mais que ce n’était pas de son fait …

Je lui ai dit alors qu’il pouvait faire passer le message que je souhaitais un arrangement à l’amiable pour une belle rupture conventionnelle avec une belle indemnité sinon ce serait les prud’hommes et qu’avec le dossier que j’avais ce serait plutôt facile d’après un ami avocat.

Cela a pu alors se dérouler plutôt bien pour moi pour mon départ grâce à cette « menace » prud’hommale et ça m’a permis de bien pouvoir faire la transition pour que je puisse auto-créer mon activité.

Sans cela je ne sais comment cela aurait tourné mais cela aurait été sûrement beaucoup plus difficile.

Alors faire sauter tout cela avec la nouvelle loi ? Toucher aux prud’hommes, aux indemnités de licenciement, quelle honte.

Laisser un commentaire