Un parcours professionnel dans l’hôtellerie semé d’embûches

A bientôt 30 ans, mon parcours professionnel dans de nombreuses entreprises a été semé d’embûches. En voici des exemples :

  • Stage de 2 mois et demi non payé, en réception d’hôtellerie, où on m’a demandé de faire également le travail des femmes de chambres. (ce qui est assez courant dans l’hôtellerie maintenant … on demande à des réceptionniste de faire le travail des femmes de chambre, sous couvert du titre « réceptionniste polyvalent » … les entreprises n’ont juste pas envie de payer plus de personnel !)
  • Harcèlement moral suite à un passage de la répression des fraudes
  • Plusieurs harcèlements moraux de la part de collègues ou supérieurs, à la moindre petite erreur
  • Licenciement abusif, sur le fait que je faisais mal le ménage, alors que j’étais réceptionniste à la base
  • Pause déjeuner non payée, mais où je devais quand même être disponible pour les clients et au téléphone (certains de mes repas je les ai finis debout, car le service du restaurant commençait pour les clients)
  • Non respect des 11h réglementaires, ni des 2 jours de repos consécutifs
  • Heures supplémentaires non payées, sous prétexte que « c’est l’hôtellerie, c’est comme ça. »
  • Fin de ma période d’essai à cause de mon manque d’aisance au service à l’assiette, alors que j’étais embauchée comme réceptionniste
  • Sexisme (patron me demandant d’aller lui chercher des boissons au bar), comportement à la limite du harcèlement sexuel pour une autre collègue (il lui a fait des avances à la fin de son contrat)
  • Travail peu motivant et épanouissant, par rapport à mon niveau d’études de bac+5

Aujourd’hui je travaille, tout en révisant pour passer des concours de la fonction publique, qui sont loin d’être évidents et que pour l’instant j’ai loupés. Je me sens dans une impasse, tiraillée entre le fait de devoir faire des jobs non adaptés à mon niveau d’études, et mes concours que je n’arrive pas à passer.

Ajoutez à cela visiblement une inadaptabilité au monde du travail : il me faut un temps d’adaptation assez long pour chaque poste, j’ai l’impression que l’on ne me fait des remarques que lorsque je fais des erreurs, ce qui ne m’aide pas à me valoriser. Et visiblement, c’est ma faute si je suis hypersensible, c’est à moi de changer, et de ne pas prendre toutes les remarques à cœur. Sauf que j’en ai assez de toujours m’adapter à ce monde de l’entreprise déshumanisé et dépourvu d’empathie. Il est temps que ça change … On vaut mieux que ça !

5 thoughts on “Un parcours professionnel dans l’hôtellerie semé d’embûches

  1. Moi aussi je suis hypersensible et c’est vrai que ça n’aide pas à s’adapter au travail tel qu’il est aujourd’hui. Rien que s’adapter à l’abjecte société dans laquelle on vit, dans laquelle chacun reproduit de façon plus ou moins consciente, les brimades qu’il subit, est une épreuve. Baladez-vous dans la rue et comptez sur les doigts les marques de respect. Votre deuxième main sera probablement en trop. Pourquoi ? Parce que sur une journée, on en passe les 3/4 au taf, à accumuler frustration, humiliation, ennui, fatigue et quand on rentre il faut gérer la maison, les enfants, le chien… pas le temps de redevenir un simple humain. Du coup on n’a plus l’énergie ni l’envie d’être sympa avec le voisin et on ne fait plus attention à ce qui se passe autour de nous. On s’insulte dans la rue, ou on se contente d’oublier la politesse de base; on se bouscule, on s’énerve, on se bat… marcher dans la rue est aujourd’hui pour moi un calvaire. Plus un seul visage souriant. C’est dire à quel point nos supérieurs hiérarchiques, à tous niveaux, nous ont tous brisés.

  2. Ah, les joies de l’Hôtellerie!
    J’ai travaillé 18 ans dans le domaine, comme Gouvernante (Au dessus des femmes de chambres, pour ceux qui ne connaissent pas le métier)…En 18 ans, je n’ai JAMAIS touché 1 centime d’heures sup, et pourtant Dieu sait si j’ai pu en faire! Y compris dans les boites avec une pointeuse (dont on se demande pourquoi elles sont là, d’ailleurs ).

  3. J’ai travaillé 3 ans dans l’hôtellerie-restauration après un bac+2 là-dedans, et j’ai aussi vécu pratiquement les même expériences que toi, Marie.C’est vraiment abusé, le nombre d’hôtels qui te font passé pour un poste de « réceptionniste polyvalente » alors qu’en fait, tu fais 3 métiers en 1. Pour un SMIC en plus. Et aucune heures supp payées. Je te comprends tout à fait à travers ton témoignage, c’est pour ça que je suis aussi en reconversion professionnelle. Bon courage pour tes futures projets :

Laisser un commentaire