Ça vous va si je vous paie une demi-heure pour une heure ?

Je suis professeur (fonctionnaire donc mon employeur c’est l’État). Je travaille dans un établissement Rep+ (nouveau sigle à la mode pour dire « établissement hard cote »).

Il y a quelques semaines, je propose à la chef d’établissement un projet d’atelier avec les élève autour du dessin de presse. Celle-ci prend cette proposition avec beaucoup d’engouement (bah ouais, ça fait bien de dire qu’elle fait des projets dans son établissement). Elle me demande combien d’heures durerait l’atelier, je lui réponds quatre heures. Et là, bien que sachant qu’elle dispose d’une enveloppe bien fournie pour payer les heures sup dans le cadre de projets libres, voici le dialogue qui a suivi :

La chef : Mme N., ça risque d’être compliqué quatre heures… Ça vous va si je vous paie une demi-heure pour une heure ?
Moi : C’est à dire ?
La chef : Eh bien vous faites une heure et je vous paie une demi-heure.
Moi : Ah donc je travaille une heure et je suis payée une demi-heure.
La chef : Oui, voilà.
Moi : Ah bah ça non, ça ne va pas être possible. (grand sourire)
La chef : Ah bon ? Mais comment ont fait alors ?
Moi : Bah on ne fait pas. Il n’y aura pas d’atelier dessin de presse, tant pis.
La chef : Bon et si vous réduisez votre atelier à trois heures au lieu de quatre, ça vous va ?
Moi : Vendu.

Je ne savais pas qu’on négociait son salaire horaire en France (en deçà de ce qui est prévu dans la législation bien sûr), encore moins dans la fonction publique.

Toujours dans l’Éducation Nationale. Une année, quelques semaines après la rentrée, le chef d’établissement qui galère toujours à prononcer mon nom (à consonance arabe mais pourtant pas compliqué à prononcer) : « Vous ne pourriez pas vous appeler Mme Durand comme tout le monde, ce serait plus simple à prononcer« .

3 thoughts on “Ça vous va si je vous paie une demi-heure pour une heure ?

  1. Et encore, on n’est pas ici à parler des profs contractuels, payés comme des moins que rien, souvent en retard (ou en « avance de salaire »), parfois sans feuille de salaire avant des mois, et dont on vient dire qu’ils sont tous « mauvais » car remplaçants. Et on même parfois (voire régulièrement) traités comme ça par nos propres collègues…

  2. La reconnaissance du travail dans l’Éducation Nationale… J’ai 3 amis qui ont quitté ce travail, je ne me demande pas pourquoi.

  3. Voilà quelques mois que j’ai quitté mon poste d’enseignant titulaire. Une des meilleures choses que j’ai faite de toute ma vie !
    Bon courage à vous.

Laisser un commentaire