J’avais un soucis de santé qui nécessitait une intervention

J’ai accumulé tellement d’expériences foireuses. Je ne vais pas toutes vous les raconter (quoique); je vais simplement raconter la plus récente.

Il y a presque 5 ans, je réussissais un entretien pour un poste d’ingénieur informatique, ouvert pour les profils souhaitant se reconvertir. Pour que celle-ci soit effective, je devais suivre une formation intensive de remise à niveau pdt 2 mois. Une date semblait être programmée. Le problème est, malgré ça, la date approchant, on n’a pas de nouvelle, ni de confirmation.
En plus à l’époque, j’avais un soucis de santé qui nécessitait une intervention. Je la programme donc logiquement pour bien après cette formation (dans l’hypothèse qu’elle ait bien lieu à cette date).
2 mois plus tard, on apprend ENFIN quand elle allait débuter mais hélas, avec mon intervention au milieu. Lorsque j’en ai parlé au moment des formalités, les RH m’ont incendié au téléphone, que j’aurais dû leur en parler avant.

La formation démarre et là, catastrophe je me rends compte qu’elle m’est complètement inadaptée: certes, le rythme est aussi intense qu’une prépa mais j’étais la seule (je dis bien la seule) à être à la ramasse. Mes autres collègues étaient plutôt à l’aise car ils sortaient tous d’école d’ingé et étaient donc familiers avec ce rythme et les notions abordées (c’est censé être pour les profils en reconversion donc pour des gens n’ayant jamais fait ou très peu d’informatique). Sentant que mon absence n’arrangerait pas les choses, j’avais pris la décision d’abandonner. Lorsque j’ai voulu en parler au responsable de ma formation, il m’a engueulé comme une merde, comme quoi je n’étais qu’une glandeuse et que je n’avais qu’à redoubler d’effort. Pour information, ma formation se déroulait de 9h à 17h30 et je passais déjà toutes mes soirées et mes WE à bosser depuis que j’ai commencé. Je n’avais plus de vie sociale ni de temps à consacrer à moi et mon conjoint.

Je poursuis donc malgré tout (car j’avais aussi peur que Pôle Emploi, qui finançait cette formation, me supprime mes allocs), avec au milieu 1 mois d’arrêt maladie à cause de mon opération. A la fin, vous vous doutez bien que je n’avais pas été retenue…

Quand je me ressasse cette expérience, bizarrement, je n’en ai aucun traumatisme car aujourd’hui, je suis développeuse WEB, après une autre formation qui s’est beaucoup mieux passé (un véritable soulagement). Mon chef est très sympa et cela se passe très bien ds ma boîte, on se sert tous les coudes.

Par contre, elle en dit long sur la façon dont on considère les gens (surtout les jeunes) sur le marché du travail.
Combien de salariés sont dénigrés ou traités comme de la merde juste après un arrêt maladie…
A l’époque, je trouvais tout çà normal et que toutes les SSII fonctionnaient comme çà. ALors qu’en fait non. Mon conjoint qui est aussi informaticien m’a ouvert les yeux qd il m’a parlé de sa boîte.
Le code du travail est le dernier bouclier qui nous reste. Depuis une dizaine d’année maintenant, le MEDEF et autres grandes organisations patronales font tout pour le détruire.
Il y a 10 ans, j’étais ds la rue contre le CPE et ma fac avait été bloqué. Certes, le CPE et le CNE n’existe plus aujourd’hui mais il est rendu possible licencier un salarié sans obligatoirement fournir de motif. Sarkozy est passé par là. Bref, cette victoire m’est amère. On ne peut pas laisser encore une fois casser le peu de protection qui nous reste.

One thought on “J’avais un soucis de santé qui nécessitait une intervention

  1. Ma pauvre, personne ne peut faire toute sa vie en SSII, surtout au forfait. On devient soit bourreau, soit esclave, il n’y a pas d’intermédiaire. Tu t’en rendras compte ou tard. Réagis avant qu’il ne soit … trop tard.

Laisser un commentaire