2 mois de stage sans assurance, sans être payé

Je suis informaticien. Passionné par la connaissance, quelle qu’elle soit. Je travaille actuellement en CDD dans un hôpital, et je le finis la semaine prochaine.

C’est lors d’un événement organisé par une association que j’ai obtenu la promesse d’un stage à temps partiel, dans l’optique d’assurer le développement du projet sur lequel j’avais travaillé et qui s’était vu récompensé. Ce stage commençait en septembre, et finit à la fin de ce mois-ci. Cependant, bien que la convention de stage entre mon école et l’hôpital ait été signée, à mon arrivé, rien n’était prêt dans l’hôpital. La RH n’était pas au courant de mon arrivé, le responsable DSI était sur le départ (retraite, autre poste?), aucun papier ne m’avait été demandé, aucun examen médical et obligatoire pour tout travailleur dans ce milieu préconisé ni même annoncé.

J’ai donc travaillé pendant 2 mois complet sans aucune autre assurance que ma convention de stage, sans être payé. Et c’est à ce moment que la somme (signalée dans la convention de stage) s’est avérée trop importante pour un stagiaire. Une RH m’a donc fait signer un nouveau contrat, pour un CDD cette fois-ci. Notez au passe la chose suivante: rien ne fut fait pour annuler le précédent contrat.

C’est aussi dans cette période que s’est vu clarifier la mission qui fut la mienne: assurer le bon développement non plus d’un seul projet, mais de quatre. Chose qui s’est faite tranquillement dans des conditions plutôt lamentables: réseau internet instable, reloger dans un bureau avec la secrétaire, aucune présentation aux équipes, ni à son nouveau directeur.

Mais ce qui me choque le plus, c’est la manière dont le tout fonctionne. Ces personnes avec un peu plus de responsabilités qui traitent tout dans l’urgence, rejettent les fautes, tentent de vous soumettre verbalement pour des broutilles dans l’optique d’assoir leur « autorité » et s’approprient le fruit de votre travail dès que celui-ci prend suffisamment de corps.

Je vais éclaircir un peu cette expérience. La directrice du pôle de communication (avec qui j’ai été amené à travailler et en charge de mon arrivé à l’hôpital pour le stage) touche un salaire de 4100€ par mois, là où ses employés touchent au mieux 1750€. Celle-ci travaille sans cesse dans l’urgence, reste dans l’incapacité de se souvenir des projets sur lesquels son équipe travaille, monte ceux-ci les uns contre les autres et passe la majorité de son temps à faire des choses qui lui sont personnelles.

En plus de montrer une grande incapacité à assurer correctement le travail qui lui incombe de part son poste, elle reste victime d’un complexe d’autorité qui l’amène à isoler les personnes pour leur faire des reproches sur leur travail au quotidien. J’ai moi même était « réprimandé » pour avoir refusé de partager un compte-rendu de réunion au format « doc » pour qu’elle puisse y apporter les modifications qu’elle souhaitait sans me les communiquer, alors que j’avais suggéré sur le fait que nous avions un rendez-vous le jour même, d’effectuer ces modifications ensemble. Ce à quoi je lui ai répondu que tout document que je produis est le fruit de mon travail et ne sera modifié qu’avec mon accord car il est mien (ce qui selon les entreprises est faux, car le salaire est versée en « gratification » qui permet de racheter les droits d’une production du salarié, point qui n’est pas éclairci concernant cet hôpital publique), et que je ne laisserai personne s’approprier le fruit de mon labeur.

Elle m’a alors répondu que j’étais paranoïaque, ce à quoi j’ai répondu oui, et alors? Ce qui l’a déstabilisée dans sa manœuvre. Mais bref je m’égare un peu, mettons fin à cette parenthèse. C’est de loin (parmi mes expériences professionnelles) la plus décevante de toutes.

L’hôpital public semble rempli de gens dans les fonctions motrices rempli d’égoïsme. Bon nombre de « on dit » sont parvenus à mes oreilles, je vous les confie mais prenez-les pour peut être étayer des pistes sur cette gangrène qui je n’en doute pas, touchent bien d’autres milieux que celui des hôpitaux.

Les RH, responsables de l’attribution des logements sociaux pour le personnel s’attribue en priorité les habitations les plus intéressantes, sans en avoir nécessité.

L’hôpital a une petite enveloppe et ne peut pas se permettre de vous octroyer une augmentation basée sur l’augmentation du coût de la vie.

Ce que veulent les équipes ne nous intéressent pas, nous voulons seulement leur avis sur ce que nous leur imposons.

Le choix des logiciels déployés s’est réalisé suite à un appel d’offre trafiqué permettant au directeur en place au moment des faits de faire profiter ses copains et leur compagnie dans laquelle il a des parts.

One thought on “2 mois de stage sans assurance, sans être payé

  1. Voilà ! Et surtout, ne vous laissez jamais faire. Peut être que cet hôpital était douteux, mais au moins vous en sortez la tête haute. Vous n’avez rien accepté de tordu.

Laisser un commentaire